Tägerwilen

Comm. TG, dist. de Kreuzlingen, au bord du lac de Constance (lac Inférieur), confinant au territoire de Constance par le Tägermoos, surplombée par le château d'Ober-Kastell et les ruines d'Unter-Kastell. Vers 990 Tegirwilare. 482 hab. en 1634, 611 en 1695, 1192 en 1850, 1188 en 1900, 1516 en 1950, 2224 en 1980, 3273 en 2000. Des traces d'un habitat néolithique (env. 4000 av. J.-C.) ont été découvertes. Des Alémanes s'établirent le long des ruisseaux du village, près de la route romaine Constance-Winterthour. Au haut Moyen Age, T. fit partie du domaine temporel de l'église épiscopale de Constance (Bischofshöri), puis dès 1300 environ, principalement de la seigneurie de Kastell. Le château fort de Girsberg fut du ressort de T. jusqu'en 1816. Lors de la guerre de Souabe, après la bataille de Schwaderloh (1499), le village fut incendié et le château de Kastell détruit. Par la suite, la seigneurie, avec la juridiction de Siegershausen, forma le bailliage de Gottlieben. Les domaines nobles de Kastell, Girsberg, Hochstrass, Hertler, Okenfiner et Pflanzberg disposaient des droits de basse justice (dès 1766, uniquement le château de Kastell et Girsberg). La paroisse de T. se détacha très tôt du domaine de l'évêque (vers 900, mais le fait n'est mentionné que dès le XIIe s.). L'église Saints-Côme-et-Damien fut reconstruite en 1455, le béguinage date des XIVe et XVe s. Après l'introduction de la Réforme (1528), les droits de patronage restèrent acquis à l'évêque de Constance. Selon le coutumier de 1447, T. formait une juridiction. L'agriculture et l'élevage prédominaient à côté de la viticulture et de la culture fruitière; la forêt de la bourgeoisie représentait une ressource importante. Il y avait neuf moulins à T., ainsi qu'une maladrerie et, dès 1610, une école. La famille Scherer, qui résidait au château de Kastell, fonda en 1801 une école ménagère pour jeunes filles et, en 1837, la première école cantonale pour la petite enfance. En 1822, elle finança aussi la construction et la gestion d'un hospice. Après l'ouverture des lignes de chemin de fer Etzwilen-Winterthour (1875) et Constance-Wil (1911), le village se développa en direction des deux gares. Vers la fin du XIXe s., de nombreuses entreprises artisanales furent créées, notamment une fabrique d'automobiles. En 2005, l'industrie et l'artisanat fournissaient un quart des emplois de la commune et l'agriculture encore un dizième.


Bibliographie
– P. Giger et al., Tägerwilen, 1999

Auteur(e): Peter Giger / MBA