17/07/2007 | communication | PDF | imprimer | 

Gottlieben

Comm. TG, distr. de Kreuzlingen. Bourgade au nord-ouest de Kreuzlingen, sur la rive gauche du Rhin, à l'embouchure du fleuve dans le lac Inférieur. Chef-lieu de district de 1798 à 1874 (rôle repris par Kreuzlingen). A la fin du Xe s. Gotiliubon. 268 hab. en 1850, 265 en 1900, 192 en 1941, 237 en 1950, 304 en 2000. En 1251, l'évêque Eberhard von Waldburg fit construire à G., sis à l'origine dans le domaine temporel de l'église épiscopale de Constance (Bischofshöri), un château fort qui servit de résidence aux évêques, puis devint, de la guerre de Souabe (1499) à 1798, le siège du bailliage épiscopal de G. (basse juridiction sur G., Engwilen, Siegershausen et Tägerwilen). Passé en mains privées en 1808, le château fut refait en style néogothique en 1837. Au spirituel, G. fit d'abord partie de Tägerwilen. Toute la communauté embrassa la foi réformée en 1529. En 1734-1735, on construisit un temple et l'on fonda la paroisse protestante de G., qui fut rattachée à celle de Tägerwilen en 1912. La commune locale (Ortsgemeinde) et la municipalité (Munizipalgemeinde), aux territoires identiques, furent regroupées en une Einheitsgemeinde en 1870. Grâce à sa situation privilégiée sur le Rhin, G. connut aux XVIIe et XVIIIe s. un essor économique notable dans le commerce (droit de marché en 1678) et le transbordement (sel, fer, vin). Même si de petites industries s'installèrent dès le XIXe s. (fabrique de boutons, filature de crins), la pêche, l'artisanat et le commerce restèrent les principales ressources de la population jusqu'au milieu du XXe s. Le tourisme se développa après 1945. Outre les deux chantiers navals et la confiserie qui produit les fameux Gottlieber Hüppen, c'est surtout la restauration qui fait vivre actuellement la commune. L'ancienne demeure du poète Emanuel von Bodman (1874-1946) abrite depuis 2000 un centre culturel.


Bibliographie
– E. Bächer, Gottlieben - Informationen zur Geschichte, 2001

Auteur(e): Verena Rothenbühler / MBA