20/03/2006 | communication | PDF | imprimer

Ermatingen

Comm. TG, distr. de Kreuzlingen, située au bord du lac de Constance (lac Inférieur), face à l'île de Reichenau, issue de la fusion, en 1975, de la municipalité (Munizipalgemeinde) d'E. avec les comm. locales (Ortsgemeinde) d'E. et de Triboltingen. 724 Erfmotingas. Ancienne municipalité: 1708 hab. en 1850, 1728 en 1900, 2089 en 1970. Ancienne comm. locale: 1363 hab. en 1850, 1414 en 1900, 1787 en 1970. Comm.: 1992 hab. en 1980, 2171 en 1990, 2427 en 2000.

Les stations littorales néolithiques de Westerfeld et de Büge, fouillées une première fois en 1861 et systématiquement entre 1981 et 1983, appartiennent aux civilisations de Pfyn, de Horgen et de la céramique cordée (4000 à 2500 av. J.-C.). L'occupation du site au haut Moyen Age est attestée par une nécropole alémane. E. faisait partie du domaine foncier du couvent de Reichenau, dont l'abbé était collateur, seigneur foncier et justicier. Un mayor du couvent (plus tard un amman) exerçait la basse justice, charge qui fut souvent hypothéquée, notamment aux seigneurs de Klingenberg jusqu'en 1446. Au XIIIe s. comme en 1518, des coutumiers sont attestés. Durant la guerre de Souabe (1499), le village fut détruit. Depuis le XVIe s. au plus tard, E. avait, selon le modèle urbain, un Grand et un Petit Conseil, un tribunal (sous la présidence de l'amman) et jouissait de divers privilèges, dont le droit de marché, obtenu en 1660. Après l'incorporation de l'abbaye de Reichenau à la principauté épiscopale de Constance en 1540, la basse justice d'E. appartint jusqu'en 1798 à l'évêque de Constance (bailliage de Reichenau). La paroisse d'E. s'étendait à l'origine depuis le lac au-delà du Seerücken; les chapellenies de Mannenbach et de Triboltingen furent érigées au Moyen Age. En 1359, l'église d'E. fut incorporée à l'abbaye de Reichenau. En 1528, E. adopta la Réforme, mais l'abbaye (puis dès 1540 l'évêque de Constance) conserva jusqu'en 1804 la collation de la paroisse; depuis 1546, l'église sert aux deux confessions (simultaneum). En 1723/1724, Wäldi s'est séparée de la paroisse protestante d'E.; Gunterswil et Hohrain ont rejoint Wäldi en 1949.

En 1756, E. acquit l'ensemble des banalités, sauf sur les moulins et les cours d'eau; en 1763, la corporation des Cordonniers fut fondée; à la fin du XVIIIe s., E. possédait aussi des droits de douane et de navigation. Céréales, fruits, chanvre, vigne (commerce du vin) et pêche (corégone, féra) sont les bases de l'économie locale au XIXe s. La construction de la route du lac (1823), la navigation à vapeur (dès 1825) et le raccordement à la voie ferrée (1875) améliorèrent les liaisons, entraînant dès 1870 l'essor du tourisme. Ateliers de broderie mécanique et à navette à la fin du XIXe s. En 1848, une menuiserie (dès 1936, Jacques Goldinger AG), en 1875, une usine de boîtes en fer blanc et d'objets en aluminium (Louis Sauter AG), ainsi que d'autres firmes, supplantèrent progressivement l'agriculture au XXe s. Bien qu'un élevage d'alevins et le traditionnel Groppenfasnacht (carnaval du chabot) rappellent le rôle de la pêche, E. s'est profilé comme centre pédagogique avec notamment le centre de formation de l'UBS au château de Wolfsberg (1975) et le forum des entrepreneurs de Lilienberg (1989); le secteur tertiaire fournissait environ les deux tiers des emplois en 2000.


Bibliographie
– A. Mayer, «Geschichte von Ermatingen», in ThBeitr., 26, 1886, 1-43; 31, 1891, 4-28; 38, 1898, 5-71
– O. Feger, Die reichenauische Herrschaft im Thurgau, 1956
– A. Bosshard et al., Ermatingen und Triboltingen, 1988

Auteur(e): Verena Rothenbühler / WW