• <b>Albrecht Kauw</b><br>Vue de l'ancienne chartreuse de Thorberg, résidence du bailli bernois. Aquarelle de l'artiste, signée et datée 1669 (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen. Albrecht Kauw a représenté un peintre au premier plan à gauche. Fréquente à cette époque, l'auto-représentation de l'artiste dans le paysage devait indiquer l'authenticité de l'œuvre ("peint d'après nature"). Le personnage élégamment vêtu qui regarde par-dessus l'épaule du peintre et surveille l'exécution de l'œuvre est vraisemblablement le bailli lui-même.

No 1

Kauw, Albrecht

baptême 26.11.1616 à Strasbourg, décès 1681/1682 à Berne, prot., Alsacien. Fils de Conrad Koha, riche négociant en vins, et d'Anna-Maria Volmar. ∞ Katharina Meyer, de Zofingue. K. passa vraisemblablement son enfance et sa jeunesse à Strasbourg. Il se forma probablement dans l'entourage de l'artiste et enlumineur Georg Brentel et du peintre de natures mortes Sébastien Stoskopff. Vers la fin des années 1630, il se rendit à Berne, où il est attesté pour la première fois en 1639 par deux portraits, signés et datés, de Gabriel von Diesbach et d'Anna von Wattenwyl. Il garda toute sa vie le statut d'habitant de Berne (il ne régla toutefois son droit d'entrée qu'en 1643) et ne fut jamais reçu à la bourgeoisie. En 1649, il exécuta vingt-quatre copies à l'aquarelle de la Danse macabre de Niklaus Manuel, qui se trouvait dans le cloître du couvent dominicain, détruit peu de temps après, et les offrit au Conseil. En contrepartie, il reçut régulièrement des commandes publiques. Au cours des années 1650, il réalisa une série de natures mortes (chasse, fruits, légumes) pour des salles à manger de propriétés campagnardes bernoises. Ces peintures des dons et produits de la nature, qui occupaient parfois des murs entiers, montrent plantes utiles et aliments indigènes d'usage courant. En 1666, K. reçut des autorités de Berne le privilège de vendre des gravures sur cuivre et des tableaux. De 1665 à 1675, il fut le peintre le plus actif de la ville. Il produisit, entre 1669 et 1671, quatre-vingt-six paysages bernois à l'aquarelle (seigneuries, châteaux et maisons de campagne) pour l'Ämter-, Regiments- und Geschlechterbuch de Victor von Erlach. Il s'inspirait en partie de gravures étrangères, par exemple lorsqu'il devait fournir toute une série d'illustrations (vues, paysages idylliques, histoire biblique et profane, allégories) pour la décoration de châteaux ou résidences de campagne. La décoration du nouveau château d'Oberdiessbach (en grande partie conservée), exécutée à la demande d'Albrecht et Niklaus von Wattenwyl, est attribuée à K. Son œuvre très variée comprend également des arbres généalogiques, des blasons de famille, des allégories et des portraits individuels ou de groupes.

<b>Albrecht Kauw</b><br>Vue de l'ancienne chartreuse de Thorberg, résidence du bailli bernois. Aquarelle de l'artiste, signée et datée 1669 (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen.<BR/>Albrecht Kauw a représenté un peintre au premier plan à gauche. Fréquente à cette époque, l'auto-représentation de l'artiste dans le paysage devait indiquer l'authenticité de l'œuvre ("peint d'après nature"). Le personnage élégamment vêtu qui regarde par-dessus l'épaule du peintre et surveille l'exécution de l'œuvre est vraisemblablement le bailli lui-même.<BR/>
Vue de l'ancienne chartreuse de Thorberg, résidence du bailli bernois. Aquarelle de l'artiste, signée et datée 1669 (Musée d'Histoire de Berne) © Photo Stefan Rebsamen.
(...)


Bibliographie
DBAS, 562-563
– G. Herzog, Albrecht Kauw (1616-1682), 1999

Auteur(e): Tapan Bhattacharya / FP