04/11/2008 | communication | PDF | imprimer
No 14

Merian, Maria Sibylla

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 2.4.1647 à Francfort-sur-le-Main,décès 13.1.1717 à Amsterdam, luthérienne, de Francfort-sur-le-Main. Fille de Matthaeus ( -> 15) et de Johanna Sibylla Heim (Heiny). Demi-sœur de Caspar ( -> 5) et de Matthäus ( -> 16). ∞ 1665 Johann Andreas Graff, peintre et graveur, de Nuremberg. M. apprit à peindre des fleurs avec son beau-père Jacob Marrel; encore enfant, elle observait déjà les insectes. Dès 1670, elle donna des cours de peinture à de jeunes dames de Nuremberg. Les planches utilisées comme modèles servirent à la publication du Blumenbuch (1675, 2e partie 1677, 3e partie 1680), ainsi que d'un condensé, le Neues Blumenbuch. M. publia ensuite un livre en deux parties de cinquante planches sur la métamorphose et l'alimentation des chenilles (Der Raupen wunderbare Verwandelung und sonderbare Blumennahrung, 1679 et 1683), auxquelles sa fille cadette ajouta une troisième partie en 1717. M. se sépara de son mari en 1685 et rejoignit la communauté fondée par Jean de Labadie, en Frise occidentale, puis à Amsterdam (1691). Elle séjourna ensuite en Guyane hollandaise avec l'une de ses filles (1699-1701). Ce voyage d'études et d'exploration déboucha sur la publication d'un volume in folio de soixante planches (Metamorphosis insectorum Surinamensium, 1705), présentant chaque fois un insecte comme chenille, cocon et papillon, avec la plante dont il se nourrit. Son œuvre et son parcours indépendant valurent à M. un statut internationalement reconnu d'icône du féminisme.


Bibliographie
NDB, 17, 138-139
– N.Z. Davis, Drei Frauenleben, 1996 (angl. 1995)
– H. Kaiser, Maria Sibylla Merian, 1997
DBAS, 706-708
– L.H. Wüthrich, Matthaeus Merian d.Ä., 2007, 376-383

Auteur(e): Lucas Wüthrich / UG