• <b>Hans Bock (le Vieux)</b><br>Portrait de son protecteur, Basile Amerbach, en 1591, tempera vernie sur bois (Kunstmuseum Basel, photographie Martin Bühler).

No 1

Bock, Hans (le Vieux)

naissance vers 1550 à Saverne (Alsace), décès 16.3.1624 à Bâle, bourgeois de Bâle dès 1573. ∞ 1573 Elizabeth Kleinmann. Sans doute apprentissage de peintre à Strasbourg. Compagnon chez Hans Hug Kluber à Bâle en 1570, reçu dans la corporation Zum Himmel en 1572. De 1608 à 1611, avec ses fils Hans le Jeune, Felix, Emanuel le Vieux, Peter et Nicolaus, actifs dans son atelier comme peintres ou géomètres, B. peint le décor (ou le restaure en partie) de l'hôtel de ville de Bâle, alors agrandi. L'allégorie Le Jour et la Nuit date de 1586 et le Bain de Loèche de 1597. B. et ses fils peignent en 1600 un cycle de Marie en douze tableaux pour l'abbaye bénédictine de Saint-Blaise (Forêt-Noire), aujourd'hui à Einsiedeln. Parmi les copies de B. d'après Hans Holbein le Jeune se trouvent deux tableaux se faisant pendant (Ecce homo et Marie, Mère de Douleur) dont les originaux sont perdus, ainsi que la danse macabre de l'église des dominicains de Bâle, précieux témoin historique. Dessinateur scientifique, B., sur commande de Basile Amerbach le Jeune, lève le plan des ruines romaines d'Augusta Raurica dans les années 1580 puis achève en 1583-1584, d'après les indications de Felix Platter, un dessin du Géant de Lucerne. Il procède en 1588 au relevé de Bâle, en 1611-1616 à celui de Colmar et exécute en 1623 le plan de Bâle. Considéré comme le peintre le plus important de Bâle et des environs après les Holbein, B. devait sa position à ses compétences de géomètre, mais surtout à la protection de Basile Amerbach le Jeune, de Thomas Platter et de son fils Felix, de Theodor Zwinger (1533-1588). Son style maniériste se manifeste tant dans d'audacieuses inventions iconographiques que dans les copies réclamées par ses commanditaires.

<b>Hans Bock (le Vieux)</b><br>Portrait de son protecteur, Basile Amerbach, en 1591, tempera vernie sur bois (Kunstmuseum Basel, photographie Martin Bühler).<BR/>
Portrait de son protecteur, Basile Amerbach, en 1591, tempera vernie sur bois (Kunstmuseum Basel, photographie Martin Bühler).
(...)


Bibliographie
– Ch. Heydrich, Die Wandmalereien Hans Bocks des Älteren von 1608-1611 am Basler Rathaus, 1990
– E. Maurer, «Painting learns to fly», in 1000 Years of Swiss Art, éd. H. Horat, 1992, 115-127
DBAS, 124-125

Auteur(e): Hans-Peter Wittwer / ABI