No 3

Stauffacher, Werner

Mentionné pour la première fois en 1309, pour la dernière en 1316/1317 ou 1338. Fils de Rudolf, amman de la vallée de Schwytz. Landamman de Schwytz (1313-1316/1317), S. joua un rôle essentiel, avec son frère Heinrich, lors du conflit de la Marche (Marchenstreit) qui opposa Schwytz au couvent d'Einsiedeln. Des homonymes de S. sont mentionnés entre 1338 et 1374 à divers postes (notamment amman et landamman de Schwytz); les liens de parenté entre eux et avec S. ne peuvent pas être établis. Selon les mythes fondateurs de la Confédération, le landamman S. rencontra le bailli Gessler à Steinen, suivit le conseil de la Stauffacherin et incarna l'un des Trois Suisses (et plus tard l'un des Trois Tell). Des représentations de l'épisode de Steinen se trouvent notamment au Zurlaubenhof à Zoug, à l'hôtel de ville de Schwytz et dans la chapelle de S. à Steinen. S. apparaît dans les récits, marqués par l'esprit de la défense spirituelle, du recueil Jeunesse d'un peuple de Meinrad Inglin (1936, all. 1933), dans diverses œuvres dramatiques et dans le film Le landamman Stauffacher de Leopold Lindtberg (1941). Quant à sa légendaire demeure à Steinen, plusieurs emplacements sont possibles, mais aucun n'est attesté par les sources.


Bibliographie
– L. Lüönd-Bürgi, Die Stauffacher von Steinen, mém. lic. Zurich, 1993
– M. Kälin, «Die Stauffacher und die Stauffacherin - oder endlich eine Frau in der Schwyzer Geschichte!», in MHVS, 100, 2008, 108-111
– R. Sablonier, «Das Rütli: von der Verschwörung zur Beschwörung», in MHVS, 100, 2008, 44-47

Auteur(e): Ralf Jacober / LA