Guichardin, François

naissance 6.3.1483 (Francesco Guicciardini) à Florence, décès 22.5.1540 à Florence, d'une famille de patriciens florentins. Fils de Piero. ∞ Maria Salviati. G. fit une carrière politique rapide à Florence et à Rome et joua un rôle de ministre des affaires étrangères du pape Clément VII jusqu'en 1527. En 1535, il entreprit d'écrire son Histoire de l'Italie, qui évoque la décadence de la péninsule à partir de 1490 en la replaçant dans le contexte européen et en l'expliquant par la perte de raison des puissants. Selon sa conception de l'histoire, l'homme se transforme totalement avec le temps. Sous sa plume, la Confédération apparaît comme une bande de prédateurs incontrôlables aux allures de parvenus, incapable de s'organiser en un véritable Etat et s'affaiblissant elle-même en obéissant à sa rapacité; elle représente l'inverse de la république dirigée par une aristocratie intelligente (qui est pour G. le régime idéal, mais qu'il tient, après 1530, pour irréalisable). Cette idée de pays soumis aux instincts populaires marqua pendant des siècles la vision italienne de la Suisse.


Bibliographie
DBI, 61, 90-104
– V. Reinhardt, Francesco Guicciardini (1483-1540): Die Entdeckung des Widerspruchs, 2004

Auteur(e): Volker Reinhardt / WW