Jacques de Lausanne

Attesté dès 1303, décès 1321 à Pons (Saintonge), de Vuadens. J. entre au couvent dominicain de Lausanne, avant de se rendre à Paris où il accomplit dès 1303 une brillante carrière universitaire. Bachelier biblique (1311), lecteur des Sentences (1314), licencié puis maître en théologie (1317). Activités de prédicateur dès 1315. Prieur de la province dominicaine de France de 1318 à sa mort en 1321. J. est l'auteur de commentaires sur des livres de l'Ancien et du Nouveau Testament, ainsi que d'environ 1500 sermons, où il prêche contre l'usure et le pouvoir seigneurial. Son œuvre prolifique est encore mal connue, car elle n'a pas fait l'objet d'édition critique. Elle était très populaire au Moyen Age, ainsi qu'en témoignent de nombreux manuscrits et quelques éditions imprimées anciennes. J. tomba ensuite dans l'oubli et n'eut plus les faveurs de son ordre et de la recherche érudite, probablement en raison de son style jugé trop familier, voire trivial. Les relations éventuelles de J. avec son couvent et sa région d'origine ne sont pas attestées. Une exception remarquable est le legs de sa bibliothèque au couvent lausannois, conformément aux constitutions de l'ordre; on ignore malheureusement tout de son contenu.


Bibliographie
– M. Reymond, «Jacques de Vuadens dit de Lausanne, dominicain, provincial de France au XIVe s.», in Ann. frib., 2, 1914, 226-231
– Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, 2, 1975, 323-329 (bibliogr. et liste des ms.)
– M.-P. Manello, «Per una edizione critica del Sermonario di Giacomo di Lausanne: il sermone 'Mitto angelum meum'», in Salesianum, 39, 1977, 389-429
– B. Andenmatten, «Les Studia des ordres mendiants à Lausanne (XIIIe - XVIe s.)», in Ecoles et vie intellectuelle à Lausanne au Moyen Age, éd. A. Paravicini Bagliani, 1987, 81-82
HS, IV/5, 108, 425, 436

Auteur(e): Bernard Andenmatten