Romanshorn

Comm. TG, distr. d'Arbon, au bord du lac de Constance, comprenant le village de R. et les hameaux de Holzenstein, Hotterdingen, Reckholdern, Riedern et Spitz, devenus pour la plupart les quartiers d'une unique agglomération. La commune locale (Ortsgemeinde) et la municipalité (Munizipalgemeinde)) de R., formées en 1803, furent réunies en 1870 (Einheitsgemeinde). 779 Rumanishorn. 1218 hab. en 1831, 1408 en 1850, 4577 en 1900, 6648 en 1950, 7893 en 1980, 9076 en 2000. Le site fut habité par une population romane sans doute jusqu'à la fin du VIIe s. En 779, Waldrata fit don de son domaine de R. à l'abbaye de Saint-Gall. Au bas Moyen Age, la basse justice appartint quelque temps aux Landenberg (jusqu'en 1367). En 1455, l'abbé de Saint-Gall Kaspar von Landenberg céda le domaine à la ville de Saint-Gall, mais les sujets de l'abbaye réussirent à faire annuler cette vente par un tribunal. En 1469, l'abbé Ulrich Rösch octroya un coutumier à la juridiction de R. Jusqu'en 1798, le service militaire et l'hommage (prêté le plus souvent à Täschlishusen près de Häggenschwil) étaient dus à l'abbaye de Saint-Gall, qui jugeait aussi les causes en appel; les autres prérogatives souveraines appartenaient au landgraviat de Thurgovie.

Une église est mentionnée à R. en 779. Le curé attesté en 1275 jouissait d'un bénéfice de 16 livres. Incorporée à l'abbaye de Saint-Gall en 1480, l'église fut agrandie en 1504. La Réforme fut adoptée à l'unanimité en 1525. Selon une décision prise par les cantons protecteurs en 1588, l'église de R. était desservie par le pasteur de Salmsach; elle demeura ainsi une annexe jusqu'à la fondation de la paroisse protestante de Salmsach-R. L'abbé de Saint-Gall réinstalla un prêtre en 1567; la cure et les biens afférents furent attribués aux catholiques en 1586. D'autres mesures visant à favoriser l'ancienne foi firent remonter le nombre de ses adeptes (deux familles en 1588, trente-six en 1711). L'église, rénovée en 1829, servit aux deux confessions jusqu'à la construction de nouveaux lieux de culte (protestant en 1911 et catholique en 1913). La céréaliculture, le jardinage et l'arboriculture prédominaient, à côté de l'exploitation forestière, de la pêche et, jusqu'en 1902, de la viticulture. Les bateaux à vapeur, en service dès 1824, accostèrent d'abord à Uttwil, puis à R. à partir de 1832. La localité prit son essor lorsque le canton y fit construire un port (1840-1844) par où passa le trafic postal avec la Souabe. La voie ferrée Zurich-R. fut ouverte en 1855, un câble télégraphique installé à travers le lac en 1856. Les bacs R.-Lindau assurèrent le passage des wagons de chemin de fer dès 1869 et des automobiles dès 1945 (supprimés en 1976). La ligne Rorschach-R.-Constance fut exploitée par les Chemins de fer du Nord-Est dès 1869 et 1871 et le tronçon pour Saint-Gall dès 1910. La facilité d'accès de R. attira des entreprises artisanales et industrielles après 1850. La corderie Fatzer, fondée en 1836, produisit des câbles en acier dès 1895; en 1985, elle en fabriquait 2000 t et occupait quatre-vingt-cinq personnes. La pharmacie Max Zeller lança le fameux baume Zeller en 1864; devenue la fabrique de médicaments phytothérapeutiques Max Zeller Söhne AG, elle occupait une centaine de collaborateurs en 2008. L'entrepôt de la Régie fédérale des alcools (1892-1998) avait une capacité de stockage de 30 millions de litres vers 1980. La maison Voigt, fondée à R. en 1904, pratique la distribution en gros de produits pharmaceutiques (env. 250 collaborateurs en 2008). Parmi les autres entreprises importantes, on compte les sociétés Biro (matières synthétiques), Hydrel (machines hydrauliques et pneumatiques) et Asco (acide carbonique). L'école cantonale existe depuis 1969. La Société thurgovienne de logopédie, fondée par des associations féminines cantonales, a ouvert un centre en 1970 (école thurgovienne de logopédie depuis 1976). Si R. a développé depuis 1945 des fonctions de commune résidentielle, elle offrait cependant environ 5300 emplois en 2005, dont 58% dans le secteur tertiaire.


Bibliographie
– M. Tobler, 1200 Jahre Romanshorn, 1979
– G. Hilty, «War Romanshorn eine romanische Siedlung ?», in Annalas, 106, 1993, 164-173
– C.H. Köpfer, Romanshorn - leben mit der Bahn, 2004
40 Jahre Kantonsschule Romanshorn, 2009 (KBTG)
– H. Schlieper, Eisenbahntrajekte, 2009, 98-124

Auteur(e): Erich Trösch / VW