25/06/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Dozwil

Comm. TG, distr. d'Arbon, village sur le Seerücken oriental, au carrefour des routes d'Amriswil, Kesswil et Uttwil. 1385 Dotzwile. 113 hab. en 1649, 299 en 1850, 343 en 1900, 344 en 1950, 492 en 2000. Au Moyen Age, D. était un fief de l'évêque de Constance. En 1454, l'abbé de Saint-Gall inféoda la seigneurie à Hans von An(d)wil. Les Blarer von Wartensee acquirent en 1560 la basse justice (coutumier), que l'abbé reprit en 1671. D. faisait partie de la paroisse de Kesswil, qui adopta la Réforme en 1529; la minorité catholique relevait de Sommeri. Le tissage (au métier à bras) apporta de 1820 à 1870 une prospérité qui se reflète dans le déplacement de l'école secondaire d'Uttwil à D. en 1854. Mais la fin du XIXe s. fut une période de stagnation. Au XXe s., l'arboriculture, les arts et métiers, une fabrique, de linge de maison puis de chaussures, et la maison Lista, active dans le domaine des matières plastiques (fondée en 1960, devenue EJOT en 1996, 120 employés en 1999) offraient des emplois (dont une bonne moitié était fourni par le secteur secondaire en 2000). La secte charismatique de l'Œuvre Saint-Michel (St. Michaelsvereinigung), fondée par Paul Kuhn, attira beaucoup de monde après 1970 et ses bâtiments font partie du paysage villageois. La commune locale (Ortsgemeinde) et la municipalité (créée en 1816) de D., ayant le même territoire, s'unirent en 1870. Pour assurer son autonomie à long terme, la commune s'efforce depuis quelque temps d'attirer de nouveaux habitants et d'améliorer son infrastructure (complexe scolaire en 1996).


Bibliographie
– E. Hänzi, Gedenkschrift zur Jahrhundertfeier der Sekundarschule D., 1946
Schweizerische Bodensee-Zeitung, 27.4.1978
NZZ, 21/22.7.1979
– B. Giger, «Gerichtsherren, Gerichtsherrschaften, Gerichtsherrenstand im Thurgau vom Ausgang des Spätmittelalters bis in die frühe Neuzeit», in ThBeitr., 130, 1993, 83-84

Auteur(e): Gregor Spuhler / PM