Tegerfelden

Comm. AG, distr. de Zurzach, dans la partie inférieure du Surbtal, sur les routes pour Döttingen et Bad Zurzach. 851 Tegerfelt, 1150 Tegervelt. 702 hab. en 1799, 757 en 1850, 577 en 1900, 579 en 1950, 965 en 2000. Vestiges isolés du Néolithique, villa romaine supposée. Les nobles de T. possédaient un château fort sur une hauteur du côté du plateau du Ruckfeld (les ruines de cet édifice, déjà décrit comme abandonné en 1269, sont encore visibles au début du XXIe s.). Ulrich von Klingen fut leur héritier. En 1270, son fils Walther vendit ses droits sur T. à l'abbaye de Saint-Blaise (Forêt-Noire), qui détint la basse juridiction jusqu'en 1798. Le village faisait partie du bailliage de Siggental dans le comté de Baden. La commanderie des chevaliers de Saint-Jean de Leuggern y possédait aussi de nombreux biens, notamment de vastes vignobles, tout comme Saint-Blaise. La chapelle, mentionnée en 1257, dépendait de la paroisse de Zurzach. La nouvelle église date de 1664. Une partie des villageois embrassa la Réforme. D'importants incendies eurent lieu en 1685 et en 1766. La ligne de car postal pour Baden fut inaugurée en 1921. La route de contournement fut terminée en 1954. Avec 38 ha de vignes et cinq vignerons professionnels, T. est le plus grand village viticole d'Argovie. Il abrite le Musée cantonal de la viticulture.


Bibliographie
– W. Merz, Die mittelalterlichen Burganlagen und Wehrbauten des Kantons Argau, 2, 1906
– K. Füllemann, Chronik der Gemeinde Tegerfelden, [1990]
– B. Meier, D. Sauerländer, Das Surbtal im Spätmittelalter, 1995
Tegerfelden, 2003

Auteur(e): Bruno Meier / IF