No 1

Saint-Georges, Jacques de

Cité en 1261 à Yverdon, décès probablement en 1308 en Ecosse. Fils de "maître Jean", maçon-architecte peut-être d'origine anglaise. ∞ Ambroisie NN. Tout jeune, S. seconda son père à Yverdon, lors de la construction du château, entreprise dès 1259. Maçon-architecte et ingénieur militaire, il subit l'influence de l'ingénieur Jean Mésot, qui introduisit en Savoie les pratiques royales françaises. Sa première œuvre majeure, au sens propre, est le château de Saint-Georges d'Espéranche (Viennois, 1269-1275), dont le nom resta attaché à sa famille. S. supervisa pour le comte Philippe Ier de Savoie de nombreux autres chantiers en Viennois, en Bresse, en Pays de Vaud (Romont FR, Gümmenen), en Chablais et au val d'Aoste. Sa dernière œuvre savoyarde est la grande tour du château d'Yverdon (1275-1277). A partir de 1278, S. fut nommé maître d'œuvre du roi Edouard Ier d'Angleterre, qui le chargea, après les guerres de 1277, puis de 1282-1283, de fortifier une série de places fortes en Pays de Galles, notamment les chantiers de Flint, Rhuddlan, Conwy, Harlech, Caernarvon, enfin, dès 1295, Beaumaris resté inachevé. A partir de 1298 et jusqu'à sa mort, S. poursuivit son activité en Ecosse (châteaux de Linlithgow dès 1302 et, probablement, de Kildrummy dès 1303). Il est peut-être le père des maçons Gilles et Tassin de S., constructeurs de la tour du château de Saxon (1280-1282). Le premier œuvra avec lui en Angleterre alors que le second, resté sur le continent, fut un architecte très actif, cité à Romont dès 1272, puis surtout en Bresse où il conduisit les chantiers de la maison de Savoie jusque vers 1300 environ. S. fut le plus grand architecte militaire de son temps.


Bibliographie
– A.J. Taylor «Master James of St. George», in English Historical Review, 65, 1950, 433-457
– A.J. Taylor, Studies in Castles and Castle-Building, 1985, 63-98
– D. de Raemy, Châteaux, donjons et grandes tours dans les Etats de Savoie (1230-1330), 2004, 1, 285-333; 2, 769, 814

Auteur(e): Nicolas Schätti