Jean de Liège

Cité entre 1383 et 1393 en Savoie et dans le Pays de Vaud, probablement d'origine flamande. ∞ Jeannette de Beaujeu, femme de chambre de Bonne de Bourbon, comtesse de Savoie. J. ne doit pas être confondu avec plusieurs sculpteurs du même nom, actifs en France et en Bourgogne. Charpentier de formation, il fut maître des œuvres du comte de Savoie, chargé de la construction de la chartreuse fortifiée de Pierre-Châtel (Ain). Avant 1387, il agrandit l'église des franciscains de Lausanne, dont il sculpta les stalles, qu'il signa d'un texte versifié. Son activité de sculpteur est bien attestée (statue du Saint-Esprit, 1385-1388). A la même époque, J. réalisa sans doute la voûte de la nef de l'église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine à Genève. Maître-charpentier et maître-maçon de tous les châteaux de Savoie (Montorge en Valais, 1384; Chillon, 1388; Bonneville en Haute-Savoie et Les Clées à Morges, 1389; Verrue en Piémont, 1387), J. se consacra surtout au chantier de celui de Ripaille, près de Thonon. De 1383 à 1391, il y conçut et réalisa divers aménagements dont une chapelle en bois et, sur un modèle parisien, une grande tour carrée. Homme polyvalent, J. était bien introduit dans l'entourage de Bonne de Bourbon et semble avoir dû quitter la Savoie lorsque la comtesse fut contrainte d'abandonner le pouvoir en 1393.


Bibliographie
– M. Bruchet, Le château de Ripaille, 1907, 26, 337-361, 365-371, 386
MAH VD, 1, 1965, 239; 4, 1981, 396
La maison de Savoie en Pays de Vaud, cat. expo. Lausanne, 1990, 80
– M. Grandjean, «Les architectes "genevois" hors des frontières suisses à la fin de l'époque gothique», in NMAH, 43, 1992, no 1, 90-91
– P. Broillet, N. Schätti, «Jean de Liège», in L'hist. en Savoie, 1994, no 6, 2-7
MAH GE, 2, 2001, 107-108
– M. Grandjean, «La chapelle des Macchabées à Genève (1397-1405): le maître d'œuvre Colin Thomas et les débuts de l'architecture gothique flamboyante», in Genava, N.S. 52, 2004, 29-30

Auteur(e): Nicolas Schätti