No 1

Lawelin, Nicolaus

Mentionné pour la première fois à Bâle en 1419, décès au plus tard en 1447, de Tübingen. Peintre, L. s'appelait en réalité Nicolaus Rüsch. ∞ 1) Anna von Tietwiler, 2) Ursula NN. Apparenté à Konrad Witz par sa première épouse. L'activité artistique de L. n'est connue qu'à partir de 1425, date à laquelle il fut rétribué pour peindre 300 armes et vingt-deux écus. L'année suivante, il réalisa l'effigie de saint Christophe (probablement en relief) pour le marché aux grains de Bâle. L. travailla essentiellement sur commande de la ville de Bâle et peignit des targes (écus), des bannières et des statues. A l'époque, même les artistes de renom s'adonnaient à de telles activités. En 1440-1441, L. réalisa des fresques à l'intérieur du grenier (Kornhaus), peut-être avec Konrad Witz. Les trois tableaux qu'il peignit en 1446 pour la chartreuse de Bâle (la Vierge Marie, Jean Baptiste et Jean l'Evangéliste) lui valurent d'être inclus avec sa femme dans les prières des moines. L. jouissait d'une position sociale élevée et devait vivre dans une certaine aisance. Entre 1427 et 1443, il représenta à plusieurs reprises la corporation du Ciel (regroupant les artistes et les selliers) au Conseil de Bâle et il endossa aussi des responsabilités sociales comme tuteur des veuves. Il possédait une maison qu'il vendit entre 1440 et 1442. Artiste polyvalent, il pratiqua aussi bien la peinture de chevalet que les genres décoratifs. Se faire une idée de son style n'est plus possible, car aucune de ses œuvres n'a été conservée, ou, plus exactement, rien ne peut lui être attribué avec certitude.


Bibliographie
– H. Rott, Quellen und Forschungen zur südwestdeutschen und schweizerischen Kunstgeschichte im 15. und 16. Jh., 3e partie, vol. 2, 1936, 12-15
DBAS, 615-616

Auteur(e): Brigitte Kurmann-Schwarz / DVU