Forum

Situé généralement au croisement des deux axes principaux du réseau orthogonal des villes romaines, le forum regroupe, autour d'une place publique, les principaux édifices nécessaires à l'exercice de la vie politique, économique et religieuse d'une communauté qui bénéficie de l'autonomie municipale (colonies, municipes, capitales de cités). Avec ses monuments commémoratifs et ses inscriptions honorifiques, il constitue aussi un lieu de mémoire collective. A l'époque julio-claudienne, au moment où se mettent en place sur le territoire actuel de la Suisse des villes organisées selon les règles de l'urbanisme romain (Nyon, Augst, Avenches et Martigny, soit Colonia Iulia Equestris, Augusta Raurica, Aventicum et Forum Claudii Vallensium), le forum a atteint sa forme canonique. Il se compose d'une place rectangulaire, généralement dallée, bordée de portiques et de tabernae (locaux à caractère administratif et économique), d'une aire sacrée, dominée par un temple sur podium (Temple romain), souvent consacré, comme à Augst, au culte impérial, et d'une basilique judiciaire, comprenant généralement la curie et divers locaux administratifs, qui ferme transversalement l'aire publique. Ce schéma, adopté à Nyon, Augst et Avenches, connaît une exception à Martigny, où le temple est relégué dans un espace adjacent à la place. A Nyon et probablement Avenches, à l'instar de nombreux exemples connus dans l'Empire, le triple portique de l'aire sacrée est surélevé par un cryptoportique semi-souterrain, accessible de la rue principale par des escaliers. Le vicus de Lausanne-Vidy (Lousonna), sans doute dans l'espoir d'une amélioration de son statut, dispose exceptionnellement d'un forum, s'inspirant du schéma provincial; la place comprend un temple, mais de plan indigène (Fanum), et une vaste basilique à deux nefs.


Bibliographie
– R. Fellmann, La Suisse gallo-romaine, 1992 (all. 1988)
– F. Rossi et al., L'"area sacra" du forum de Nyon et ses abords, 1995
– P. Gros, L'architecture romaine: du début du IIIe s. av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, 1, 1996 (22002)
SPM, 5, 112-116

Auteur(e): Daniel Paunier