Rapperswil (BE)

Commune BE, district d'Aarberg, arrondissement administratif du Seeland. Située sur le plateau homonyme et empiétant dans la vallée du Lyssbach, très étendue (18 km²), elle englobe le village de R., les hameaux, les anciennes communes locales (Ortsgemeinden) de Bittwil, Dieterswil, Frauchwil, Moosaffoltern, Seewil, Wierezwil, Zimlisberg, les hameaux de Lätti et de Vogelsang et des fermes isolées, ainsi que Ruppoldsried depuis 2013 et Bangerten depuis 2016. 1241 Raverswiler, 727 hab. en 1764, 1987 en 1850, 1681 en 1900, 1743 en 1950, 1990 en 2000. Des tumulus d'époque indéterminée ont été découverts à Äckenberg et à Bittwil; on a mis au jour des vestiges de l'époque romaine sous l'église de R. (peut-être une villa), à Unterer Leenwald (fondations de murs), à Moosaffoltern (monnaies) et à Holzhäusern (tuiles) ainsi que des remparts de terre du haut Moyen Age à Hohschwerzibach (appelés Burg, forteresse) et dans la forêt de Zamberg. Des biens fonciers appartenant vraisemblablement aux Zähringen, puis aux Kibourg, furent cédés progressivement dès 1262 avec leurs juridictions à l'abbaye de Frienisberg et à d'autres couvents, tout comme les domaines et juridictions relevant d'autres seigneurs. Ainsi, la basse justice de R. et de Wierezwil fut exercée par Frienisberg, celle de Seewil et de Moosaffoltern par Münchenbuchsee, celle de Bittwil par Fraubrunnen et celle de Frauchwil par le chapitre de Saint-Vincent à Berne. Dieterswil, Zimlisberg et Zuswil formèrent une juridiction indépendante (Freigericht). Après 1528, ces juridictions furent attribuées à cinq différents bailliages bernois. La haute justice demeura aux mains des Kibourg, puis passa à Berne en 1406 (juridiction de Zollikofen). En 1798, les juridictions de la paroisse de R. furent attribuées au district de Zollikofen et en 1803 au bailliage (Oberamt) d'Aarberg. Un curé est mentionné pour la première fois en 1241. L'église, qui appartenait aussi aux Kibourg, cédée (1263) et incorporée (1329) à Frienisberg, échut à Berne en 1528 après la Réforme (remplacée par un nouvel édifice en 1860-1862). La cure fut construite au-dessus d'un lieu jouissant du droit d'asile au Moyen Age. Dès 1940, Bangerten releva également de la paroisse de R. Les villages furent mieux desservis grâce aux diligences postales empruntant la route Berne-Büren construite en 1849-1852. La population diminua (1850-1940) toutefois en raison de l'évolution de l'agriculture: l'assolement fut abandonné, l'élevage du bétail et l'économie laitière intensifiés (fromagerie fondée en 1838), les exploitations mécanisées. Les remaniements parcellaires dont bénéficièrent les villages entre 1953 et 1985 renforcèrent l'agriculture. En 2005, 27% des emplois étaient fournis par le secteur primaire, à côté de l'industrie (tuilerie) et du petit commerce. R. fut raccordé via Schüpfen à la ligne de chemin de fer Berne-Bienne (1864), mais il fallut l'autoroute et la sortie de Lätti (1983) pour favoriser l'arrivée de nouveaux habitants et l'essor de la construction, essentiellement à R., Dieterswil et Lätti où une zone commerciale et résidentielle s'est développée. Les anciennes communes locales furent dissoutes en 1969 et l'administration centralisée; les arrondissements scolaires de R., Bittwil-Zimlisberg, Dieterswil, Moosaffoltern et Seewil conservent néanmoins une certaine autonomie. R. abrite l'école secondaire ouverte en 1903.


Bibliographie
– G. Appenzeller, Die Kirchgemeinde Rapperswil (Kanton Bern), 1911
– M. Flückiger, Das Plateau von Rapperswil, 1971
– R. Scherer, Rapperswilerplateau-Bucheggberg, mém. lic. Berne, 1983
Rapperswil, 1991
– Z. Caviezel, M. Schindler, Bauinventar der Gemeinde Rapperswil, 2004

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / AN