13/05/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Möhlin

Comm. AG, distr. de Rheinfelden. Village-rue le long du Möhlinbach, qui comprend Obermöhlin et Untermöhlin, ainsi que Riburg et les villages abandonnés de Rappershausen. 794 Melina. 1102 hab. en 1768, 1940 en 1850, 2209 en 1900, 3830 en 1950, 8297 en 2000. Habitat du Néolithique au Chleizelgli, vestiges du Bronze, villa romaine du milieu du Ier s., restes de trois tours de garde du Bas-Empire (limes du Rhin) et d'un refuge datant peut-être du haut Moyen Age. Mention au XIIIe s. des chevaliers de Meli, ministériaux des Zähringen, et au XVe s. des Junker von Meli, avoyers de Rheinfelden. La commune, née de huit hameaux, apparaît au XVe s.; des jurés sont attestés pour la première fois en 1473. Le territoire de M. se trouva de 1135 à 1797 sous domination autrichienne (Habsbourg) et constitua une partie du district de Möhlinbach dans la seigneurie de Rheinfelden (haute et basse justices en mains autrichiennes); en 1803, il passa avec le Fricktal au canton d'Argovie, nouvellement créé. Le village de Rappershausen fut détruit durant la guerre de Trente Ans. L'église du VIIIe s., dédiée d'abord à saint Germain, puis dès le Xe s. à saint Léger, fut rebâtie en 1609. Le patronage passa en 1314 de l'abbaye d'Ettenheim (Brisgau) à Jakob von Wart, en 1327 à la commanderie des chevaliers teutoniques de Beuggen et, de 1803 à 1863, au canton d'Argovie. Les deux chapelles d'Obermöhlin et Riburg datent du XVIIe et du début du XVIIIe s. La paroisse catholique-chrétienne fut créée en 1873; elle utilise l'église catholique (rénovée en 1954). Une église catholique romaine et un temple furent érigés dans les années 1940. Jusqu'au XXe s., l'économie reposa principalement sur la céréaliculture et les pâtures (prairies irriguées); d'autres revenus provinrent dès la fin du XIXe s. des salines de Riburg, sur la commune de Rheinfelden. M. fut relié au chemin de fer du Bözberg en 1875 (gare) et à l'autoroute A3 dans les années 1970. Au XXe s., un nombre croissant d'entreprises industrielles et artisanales s'y installèrent. La fabrique de chaussures Bata et ses habitations ouvrières, datant des années 1930, présentent une architecture intéressante (production interrompue en 1990).


Bibliographie
– K. Schib, Geschichte des Dorfes Möhlin, 1959
– M. Hartmann, Die Römer im Aargau, 1985, 183-184
– W. Brogli, «Eine jungsteinzeitliche Siedlungsstelle bei Möhlin AG», in Vom Jura zum Schwarzwald, 64, 1990, 57-71

Auteur(e): Dominik Sauerländer / FP