• <b>Hans Conrad Escher (de la Linth)</b><br>Le glacier d'Argentière dans la vallée de Chamonix, dessin à la plume aquarellé, 3 août 1816 (ETH-Bibliothek Zürich, Graphische Sammlung).

No 14

Escher, Hans Conrad (de la Linth)

naissance 24.8.1767 à Zurich, décès 9.3.1823 à Zurich, prot., de Zurich. Fils de Hans Kaspar, fabricant de textiles et membre du gouvernement zurichois, et d'Anna Dorothea Landolt. Petit-fils de Hans Kaspar Landolt. ∞ 1789 Regula von Orelli, fille de Salomon, seigneur de Baldingen et membre du gouvernement zurichois. E. acquit une vaste culture à Genève et lors d'un voyage d'études en France, en Angleterre, en Allemagne (deux semestres à Göttingen) et en Italie. A côté d'activités commerciales dans l'entreprise paternelle, il se consacra à l'étude des sciences naturelles et de la philosophie, et s'intéressa aux affaires publiques. Constatant très tôt les défauts du système politique, il se reconnut dans les idées des Lumières et de la Révolution française, qui lui donnèrent l'espoir d'un renouveau de la Confédération. Il adhéra à la Société helvétique en 1791. En 1798, il fut élu contre son gré au Grand Conseil helvétique et à sa présidence. Il fonda avec Paul Usteri, président du Sénat, Der schweizerische Republikaner (1798, plus tard Der Republikaner). Libéral convaincu parmi les dirigeants de la République helvétique, homme d'une grande honnêteté, E. fut appelé au Conseil législatif en 1800, au Petit Conseil en 1802 et comme ministre de la guerre. Il se retira en 1803, n'acceptant plus aucun mandat politique jusqu'en 1814, donnant des cours, comme il l'avait déjà fait dès 1793, de sciences politiques, d'histoire naturelle et, dès 1807, d'économie politique à l'Institut politique de Zurich, dont il était cofondateur. Dès 1814, il siégea aux Grand et Petit Conseils de Zurich, plus tard au Conseil d'Etat.

Dès 1791, de nombreuses excursions donnent à E. une connaissance approfondie de la structure géologique et de la genèse des Alpes. Ses recherches sur la formation des roches, sur leurs plissements, stratifications et failles sont une contribution essentielle à la géologie de la Suisse. Il a consigné ses observations dans des carnets de voyage, les Fragmente über die Naturgeschichte Helvetiens, et dans plus de 900 dessins aquarellés de panoramas et paysages de montagne. Il fut souvent demandé comme expert lors de corrections de cours d'eau, de travaux miniers ou en cas de glissements de terrain. Le nom d'E. reste lié à la correction de la Linth, ouvrage monumental qu'il dirigea financièrement et techniquement, en tant que président de la commission de la Linth, de 1807 à 1822. Le canal de Mollis fut inauguré en 1811, celui de la Linth en 1823, après la mort d'E. Les terrains marécageux entre les lacs de Walenstadt et de Zurich furent ainsi gagnés à la culture. Ces travaux servirent de modèle à de nombreux ouvrages hydrauliques en Suisse. Le canton de Zurich conféra à titre posthume, en juin 1823, à E. et à ses descendants, l'épithète "de la Linth" et la Diète lui accorda plusieurs distinctions (canal de Mollis rebaptisé "canal Escher", monument et plaque à Ziegelbrücke, médaille commémorative).

<b>Hans Conrad Escher (de la Linth)</b><br>Le glacier d'Argentière dans la vallée de Chamonix, dessin à la plume aquarellé, 3 août 1816 (ETH-Bibliothek Zürich, Graphische Sammlung).<BR/>
Le glacier d'Argentière dans la vallée de Chamonix, dessin à la plume aquarellé, 3 août 1816 (ETH-Bibliothek Zürich, Graphische Sammlung).
(...)


Fonds d'archives
– Fonds, ETH-BIB, ETH-GS et ZBZ
Bibliographie
NDB, 4, 647-648
– G. Solar, éd., Hans Conrad Escher von der Linth, 1974
– W. von Wartburg, Die grossen Helvetiker, 1997
– G. Solar, éd., Der persönliche Lebensbericht von Hans Conrad Escher von der Linth, 1998
Schindler, Escher und das "Haltly", 2000
Die ersten Panoramen der Alpen, 2002 (liste des œuvres)
– D. Speich, Helvetische Meliorationen, 2003

Auteur(e): Veronika Feller-Vest / PM