No 1

Hedlinger, Johann Carl

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance 28.3.1691 à Seewen (SZ), décès 14.3.1771 à Schwytz, cath., de Schwytz. Fils de Johann Baptist, directeur des mines, et d'Anna Elisabetha Betschart, de Schwytz. ∞ Maria Schorno, de Schwytz. Vers 1700-1708, H. suivit le gymnase à Bellinzone et s'essaya à l'art de la gravure. Il travailla à la fabrication des coins dans les ateliers monétaires de Sion, Lucerne et Porrentruy (1709-1716), auprès du médailleur de la cour de Lorraine, Ferdinand de Saint-Urbain, à Nancy (1716-1717), puis fréquenta l'Académie de Paris (1717-1718) et collabora à la Monnaie royale. En 1718, il fut appelé à Stockholm pour succéder à Arvid Karlsteen comme médailleur de la cour, et y resta au service de Charles XII, de la reine Ulrique Eléonore et du roi Frédéric Ier. En 1726-1727, il entreprit un voyage d'une année et demie et séjourna six mois à Rome, où le pape Benoît XIII le fit chevalier de l'ordre suprême du Christ. Il s'y lia aussi d'amitié avec le collectionneur Philipp von Stosch. En 1731, il rédigea un mémorandum sur une série de médailles représentant les rois de Suède. L'année suivante, il créa des médailles pour Christian VI, roi du Danemark, puis travailla à Saint-Pétersbourg pour l'impératrice Anna (1735-1737). De 1742 à 1743, il séjourna à Berlin chez son ami Leonhard Euler. Malgré des offres répétées des cours de Russie et de Saxe, H. resta fidèle à la maison royale de Suède, qui le nomma intendant de la cour en 1745. Revenu au pays, il s'établit à Schwytz, où, jusqu'à sa mort, il connut le succès dans son activité. Il est notamment le créateur d'un médaillon en l'honneur de Frédéric II de Prusse et d'une médaille bernoise du mérite. Son œuvre comprend quelque trois cents médailles, monnaies, modelages de cire, sceaux et objets d'orfèvrerie. Sa maîtrise du portrait et son étonnante inventivité le classent parmi les plus grands médailleurs européens du XVIIIe s. Par ses conceptions formelles, à l'exemple des médailles portant la devise suédoise Lagom ("ni trop, ni trop peu"), il a ouvert la voie du néoclassicisme dans cet art.


Fonds d'archives
– Fonds (dépôt de la Fondation Gottfried-Keller), MNS
Bibliographie
– P. Felder, Medailleur Johann Carl Hedlinger, 1691-1771, 1978
DBAS, 1998, 468-469

Auteur(e): Peter Felder / LA