No 3

Billieux, Dominique Joseph de (d'Ehrenfeld)

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance 30.1.1717 à Saint-Ursanne, décès 19.7.1783 à Porrentruy, cath., de Saint-Ursanne. Fils de Jean Bernard, maître-bourgeois puis lieutenant de la seigneurie de Saint-Ursanne (1701-1746), conseiller aulique (1744), et de Marie Françoise Hennet. ∞ 1743 Marthe Marie Thérèse Tardy, fille de Jean Germain, prévôt de Porrentruy. Anobli par l'empereur Joseph II en 1782, avec le titre d'Ehrenfeld. Collège de Porrentruy (1731-1738), droit en Allemagne, stage chez un avocat à Wetzlar (Hesse), docteur en droit de l'université de Besançon (1740). Avocat à la cour de Porrentruy (1740), syndic des Etats de l'évêché de Bâle (1740-1746), secrétaire privé du prince-évêque, secrétaire du Conseil aulique (1745-1763), conseiller intime, chancelier (1763-1783). Personnalité de premier plan, B. s'engagea dans toutes les affaires importantes durant près d'un demi-siècle. En tant que syndic des Etats, il contribua au règlement des litiges consécutifs aux troubles de l'évêché et persuada le prince de nommer un président à la tête des Etats. Il apaisa plusieurs différends: en 1749, celui avec le margrave de Bade au sujet de la seigneurie de Schliengen; en 1757-1758, celui de Bienne et Berne; en 1782, celui de Moutier-Grandval et des Etats. Sous son impulsion et avec la collaboration diplomatique de l'abbé Jean Fau de Raze, chargé d'affaires de l'évêché à Paris, il mena à bien les accords majeurs de la fin du siècle: en 1779, l'échange de paroisses entre les diocèses de Bâle et de Besançon; en 1780, un traité des limites de souveraineté entre l'évêché de Bâle et la France et un traité d'alliance entre le prince-évêque et le roi. Cette politique, résolument française, eut comme conséquence inattendue l'introduction de la Révolution dans l'évêché en 1791-1793. Selon l'expression du pasteur Théophile Rémy Frêne, B. fait figure de "grand homme d'Etat".


Bibliographie
Sammlung bernischer Biographien, 1, 1884, 490-494

Auteur(e): Philippe Froidevaux