15/10/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Brunegg

Comm. AG, distr. de Lenzbourg, village au sud du Birrfeld et château sur la crête du Kestenberg, premier contrefort méridional du Jura. 1re moitié du XIIe s. Bruneco, 1273 Brunegge. 180 hab. en 1798, 277 en 1850, 305 en 1870, 244 en 1900, 224 en 1920, 297 en 1950, 446 en 2000.

Le château fort, construit sans doute au XIIIe s., servait comme celui de Wildegg, à 4 km, d'ouvrage avancé au château de Habsbourg. Des ministériaux des Habsbourg (tels les Schenken de B., les Gessler de Meienberg) y habitaient. La garnison résista avant de se rendre aux Bernois en 1415. Inféodé, notamment aux Segenser (Segesser), puis soumis au bailli de Lenzbourg de 1538 à 1798, acquis en 1815 par la famille Hünerwadel de Lenzbourg, le château passa par mariage aux Salis, propriétaires actuels. Mal entretenu durant des siècles, fortement abîmé par la tempête à deux reprises au XVIIe s., il a été transformé en 1805-1806, le logis et les restes du donjon étant couverts d'un unique toit à bâtière. Le village de B. doit son nom et son existence au château. Il faisait partie des terres patrimoniales des Habsbourg (Eigenamt) et les possesseurs de la forteresse y exerçaient la basse juridiction depuis le XIVe s. Berne l'attribua à la juridiction d'Othmarsingen dans le bailliage de Lenzbourg. B. fit partie au XIXe s. du district de Brugg, puis de celui de Lenzbourg dès 1840. Au spirituel, il relevait de Windisch, de Birr dès 1526; il dispose d'une église (réformée) depuis 1967. B. resta jusqu'au XXe s. un village agricole, où l'on cultivait des céréales et un peu de vigne sur les coteaux (24% des personnes actives travaillaient encore dans le secteur primaire en 1950, contre 5% dans le primaire, 28% dans le secondaire et 67% dans le tertiaire en 1990). L'autoroute A1 ouverte en 1970 touche B. sur sa limite sud-ouest; l'un des embranchements de l'échangeur de Mägenwil se trouve sur territoire communal, ce qui vaut à B. la présence de plusieurs entreprises. Depuis 1990, le nombre des emplois offerts dépasse de peu celui des habitants. La construction de logements n'a pris de l'ampleur que dans les années 1980.


Bibliographie
MAH AG, 2, 1953, 14-20

Auteur(e): Andreas Steigmeier / AB