Zeihen

Comm. AG, distr. de Laufenburg, dans le haut Fricktal, comprenant le village d'Unterzeihen (ou Niederzeihen) sur la ligne du Bözberg et le quartier d'Oberzeihen, ainsi que huit fermes isolées (dont Iberghof, mentionnée déjà entre 1303 et 1308). La paroisse et la commune se formèrent en 1852 par la fusion de Niederzeihen avec Oberzeihen (qui se détacha alors de Herznach). Entre 1303 et 1308 ze Eigen, 1310 Zeyen. 193 hab. en 1768, 457 en 1850 (Niederzeihen uniquement), 614 en 1900, 764 en 1950, 863 en 2000. Vestiges d'habitat romain et du haut Moyen Age. Le terroir de Z. fut défriché à partir du domaine (Dinghof) de Hornussen, qui appartenait à l'abbaye de Säckingen. Le domaine de Z. (dont Iberg est une colonie tardive) constituait une entité économique et juridique qui, inféodée aux seigneurs de Wieladingen au XIVe s., puis aux Effinger von Wildegg, fut rachetée en 1612 par l'abbaye. Relevant jusqu'en 1797 de la seigneurie de Rheinfelden en Autriche antérieure, Z. est une commune du canton d'Argovie depuis 1803. Une chapelle fut bâtie à Niederzeihen en 1700, une autre à Oberzeihen en 1755 (refaite à son emplacement actuel en 1841); l'église Saint-Charles-Borromée (1821-1828) fut reconstruite en 1966. Outre l'agriculture, le tressage de la paille offrit des emplois au XIXe s. et les transports jusqu'à l'ouverture de la ligne du Bözberg. Depuis 1950, Z. accueille de plus en plus de résidents qui travaillent à l'extérieur. En 2005, le secteur primaire fournissait encore 34% des emplois. Un musée local a été aménagé en 1975 dans la maison de commune.


Bibliographie
– H. Ammann, A. Senti, Die Bezirke Brugg, Rheinfelden, Laufenburg und Zurzach, 1948, 103-104
Die Aargauer Gemeinden, 1990, 282-283

Auteur(e): Dominik Sauerländer / PM