26/08/2009 | communication | PDF | imprimer

Oeschgen

Comm. AG, distr. de Laufenburg. Village du haut Fricktal, au bord de la Sissle et près de l'autoroute A3. 1234 Escecon, 1242 Eschincon. 389 hab. en 1788, 604 en 1850, 392 en 1900, 472 en 1950, 798 en 2000. Vestiges isolés de l'âge de la Pierre, traces d'habitats du Bronze et de l'époque romaine. Des seigneurs d'Eschkon sont mentionnés du XIIIe au XVe s. à Rheinfelden et, parfois au service des Habsbourg, à Laufenburg. Les droits de souveraineté appartinrent aux comtes von Homberg, puis, du milieu du XIVe s. à 1797, O. releva de la seigneurie de Laufenburg, aux mains des Habsbourg-Autriche. En 1803, O. fut rattaché, avec le Fricktal, au canton d'Argovie. Détenue d'abord par les Grünenberg, la basse justice fut exercée par les Schönau de 1475 à 1797. Ceux-ci édifièrent une résidence à O. en 1597-1598 (plus tard maison de commune, rénovée de 1971 à 1975, plafond à caissons peints). Les Schönau possédaient aussi les droits de patronage de l'église Saints-Côme-et-Damien, qui existait probablement déjà à la fin du XIIe s. (reconstruite en 1912). Le coutumier fut renouvelé en 1553. La viticulture et la céréaliculture prédominèrent jusqu'au XIXe s. Au début du XXIe s., O. est une commune résidentielle, avec de petites entreprises. Les emplois se trouvent dans l'agglomération bâloise et à Frick. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, O. abrita un camp d'internés polonais.


Bibliographie
Beiträge zur Heimatkunde von Oeschgen, 1971
Die Aargauer Gemeinden, 1990, 268-269
Oeschgen, 1997

Auteur(e): Dominik Sauerländer / MBA