Union de Fribourg

Association de notables catholiques européens réunis à la fin du XIXe s. pour préparer une encyclique sur les questions sociales et économiques. Les conséquences sociales de la révolution industrielle poussèrent l'Eglise catholique à réfléchir elle aussi en profondeur sur le capitalisme et la classe ouvrière. Des cercles d'étude, composés surtout de représentants de la noblesse, partisans de l'antilibéralisme de la papauté et opposés au libéralisme économique et au socialisme, se réunirent dans ce but en Allemagne, en Autriche-Hongrie et en France. En 1884, Gaspard Mermillod, évêque de Lausanne et Genève, sensible aux questions sociales, proposa la création d'un comité chargé de coordonner le travail des différents groupes, qui siégerait dans le canton catholique et conservateur de Fribourg (d'où le nom d'Union de Fribourg). Louis Milcent et René de la Tour du Pin se distinguèrent parmi les Français. Les princes Karl von Löwenstein et Aloys von Liechtenstein, ainsi que les comtes Gustav von Blome et Franz von Kuefstein dominèrent la délégation germano-autrichienne. Parmi les quinze membres suisses, seul Caspar Descurtins joua un rôle actif. L'entraide des travailleurs et leur protection au niveau international firent partie des revendications de l'Union de Fribourg, qui connurent un succès durable. Ces idées influençèrent de manière significative (mais pas exclusive) l'encyclique Rerum novarum (1891), consacrée à la question ouvrière. Il n'en alla pas de même pour les conceptions corporatistes, reprises en 1931 seulement dans l'encyclique Quadragesimo anno du pape Pie XI. Après la publication de l'encyclique de 1891 et la mort de Mermillod (1892), l'Union de Fribourg, dont l'importance a parfois été surestimée dans la mémoire locale, passa au second plan.


Bibliographie
– P. Chenaux, «Les origines de l'Union de Fribourg», in "Rerum Novarum", 1997, 255-266
– E. Lamberts, éd., L'internationale noire 1870-1878, 2002
– M. Botos, «La postérité de l'Union de Fribourg dans la mémoire catholique», in RSHRC, 100, 2006, 305-314

Auteur(e): Victor Conzemius / RHD