01/06/2012 | communication | PDF | imprimer | 

Herznach

Comm. AG, distr. de Laufenburg, comprenant aussi jusqu'en 1852 le hameau d'Oberzeihen. Village-rue du haut Fricktal, sur la vieille route d'Aarau par la Staffelegg; les deux noyaux primitifs d'Unterherznach (quartier avec enceinte autour de l'église) et Oberherznach (moulin) se sont rejoints à partir de 1811. 1097 Hercenahc. 478 hab. en 1768, 898 en 1850, 711 en 1860 (séparation d'Oberzeihen), 639 en 1900, 665 en 1950, 1059 en 2000. Tombes alémanes. Une famille de ministériaux de H. est attestée, de même qu'un château fort, probablement construit sur le site d'un domaine seigneurial des VIIe-Xe s. H. fit originellement partie, avec Ueken, de la seigneurie des Homberg. Dès le début du XIVe s., la haute juridiction fut aux mains des Habsbourg. De la réforme de l'Empire sous Maximilien jusqu'en 1797, H. releva de la seigneurie de Rheinfelden au sein de l'Autriche antérieure; la basse juridiction appartenait sans doute à la communauté villageoise. L'église Saint-Nicolas, probablement sanctuaire privé des Homberg, est attestée dès 1180. En 1407, les droits de patronage passèrent des Habsbourg au chapitre de Rheinfelden. Le bâtiment connut des transformations en 1651 (nef et tour) et en 1718-1719 (chœur). La chapelle Sainte-Vérène construite en 1516 sur des fondations du haut Moyen Age faisait partie du domaine seigneurial. H. et Ueken constituent aujourd'hui encore une paroisse (qui incluait Densbüren et Asp jusqu'à la Réforme et Zeihen jusqu'en 1852). Lors de l'attribution du Fricktal à l'Argovie en 1803, H. et Ueken furent érigés en communes. Le minerai de fer y fut exploité de manière intensive au Moyen Age, puis à nouveau durant la Deuxième Guerre mondiale, jusqu'à la fermeture définitive des mines en 1967. Une retorderie de fil de soie établie en 1872 produit des rubans textiles depuis 1918. Une fabrique de ballons publicitaires s'est implantée en 1952. En dehors de ces deux établissements industriels, H. est au début du XXIe s. une commune agricole et résidentielle.


Bibliographie
– H. Ammann, A. Senti, Die Bezirke Brugg, Rheinfelden, Laufenburg und Zurzach, 1948, 98-101
– R. Bühler, Bergwerk Herznach, 1986
ISOS AG, 1, 1988, 297-305
Die Aargauer Gemeinden, 1991, 252-253
– P. Frey, «Die Sankt Verena Kapelle und der Herrenhof von Herznach», in Argovia, 104, 1992, 18-62
"Mer luege zrugg": Herznach seit dem Jahre 1097, 1999
– L. Hüsser, «Von der Hanfreibe zur Bandfabrik. Ein Beitrag zur Geschichte der Herznacher Wasserkraftanlagen», in Vom Jura zum Schwarzwald, 74, 2000, 73-76

Auteur(e): Dominik Sauerländer / LA