Gustloff, affaire

Le 4 février 1936 à Davos, l'étudiant juif David Frankfurter assassine Wilhelm Gustloff, chef de la section suisse du parti national-socialiste allemand (NSDAP), déclenchant ainsi l'affaire dite G. L'attentat eut une large résonance. Le NSDAP fit de Gustloff un martyre et prit prétexte de son assassinat pour inciter à la haine antisémite. La propagande allemande élabora la thèse d'une "complicité de la presse suisse haineuse", instigatrice de l'attentat. Le Conseil fédéral contesta une telle implication, mais décida d'appliquer plus strictement les lois sur la presse et interdit formellement les directions nationale et locales du NSDAP en Suisse. Il toléra cependant l'existence de l'organisation.


Bibliographie
– E. Ludwig, Le meurtre de Davos, 1936 (all. 1936, 21986)
– R. Lyssy, Die Konfrontation - Das Attentat von Davos, [film], 1974
– P.-T. Braunschweig, Ein politischer Mord, 1980
Publ. CIE, 18, 232-237

Auteur(e): Ruedi Brassel-Moser / AN