Tonhalle, émeutes de la

Les émeutes éclatèrent le 9 mars 1871 dans la soirée, lorsque des Allemands qui fêtaient la fin de la guerre franco-allemande à la Tonhalle de Zurich furent attaqués par des officiers français internés (armée Bourbaki) qui firent irruption dans la salle et déclenchèrent une bagarre, alors qu'à l'extérieur d'autres manifestants lançaient des pierres. La police mit du temps à faire évacuer les lieux et arrêter les responsables. Le ministre allemand à Berne intervint. Le gouvernement zurichois fut obligé de mobiliser des troupes cantonales qui repoussèrent quelques centaines de personnes qui voulaient libérer les prisonniers; un tir d'avertissement tua un Allemand qui ne participait pas à l'affaire. Le 11 mars, les troupes ouvrirent le feu contre des émeutiers ayant forcé l'entrée du pénitencier, faisant quatre morts et des blessés. Le Conseil d'Etat demanda l'aide fédérale: quatre bataillons arrivèrent à Zurich le 12. Il n'y eut pas d'autres incidents et les derniers soldats quittèrent la ville le 19 mars. Le gouvernement zurichois considéra ces émeutes comme une action révolutionnaire, comparable aux événements parisiens du début de la Commune ou aux grèves. Pourtant, elles ne furent pas fomentées par l'Internationale: on manifestait contre les Allemands victorieux et contre les travailleurs allemands accusés aussi bien d'être mieux payés que de faire de la sous-enchère salariale en cas de crise.


Bibliographie
L'Armée suisse en service d'ordre 1856-1970, [vers 1971], 16
– Gruner, Arbeiter, 718-723

Auteur(e): Hervé de Weck