Gagnebin, affaire

L'affaire Gagnebin est l'un des épisodes opposant libéraux et conservateurs dans la Suisse des années 1830; oubliée par l'historiographie récente, elle eut sur le moment un grand retentissement. Elle doit son nom au maire de Renan (BE), le notaire Charles-Eugène Gagnebin (1784-1870). Le 20 février 1832 eut lieu dans ce village une rixe entre des habitants de l'endroit et trois républicains neuchâtelois, qui s'y étaient réfugiés après l'échec de la révolution de décembre 1831. Le maire fit venir de l'extérieur quelques dizaines d'amis pour protéger les personnes et les propriétés menacées par les réfugiés, mesure qui parut une provocation aux libéraux jurassiens. Accusé d'abus d'autorité, il fut condamné en appel en 1834 à un mois d'emprisonnement et à la perte de ses droits civiques pour un an, destitué de sa charge et privé de sa patente de notaire. Aucun des Neuchâtelois ne fut inquiété, le canton de Berne s'étant "régénéré" en 1831.


Bibliographie
– G. Amweg «Un peu d'hist. L'affaire Charles-Eugène Gagnebin à Renan, 1831-1835», in Almanach du Montagnard 1930, 1929, 71-75

Auteur(e): François Genoud