Légion fidèle

Nom donné à un bataillon de volontaires vaudois fidèles à Berne, ville où ils s'étaient réfugiés après l'entrée des Français dans le Pays de Vaud le 27 janvier 1798 (Invasion française). Ce corps formé le 3 février par le Conseil de guerre de Berne était aussi appelé Légion romande ou Bataillon Rovéréa, du nom du jeune aristocrate vaudois qui en reçut le commandement (Ferdinand Isaac de Rovéréa). Composé principalement de paysans et d'artisans, il ne dépassa jamais 620 hommes répartis en cinq compagnies. La Légion se rassembla près de Kallnach et engagea le combat à Sankt Niklaus (comm. Merzligen) le 5 mars contre des unités du général français Schauenburg. La nouvelle de la reddition de Berne entraîna le retrait et, trois jours plus tard, la capitulation de la Légion fidèle.


Bibliographie
– S. Rial, Vaincre ou périr: la légion fidèle de Rovéréa, 2000
– J. Stüssi-Lauterburg, Vivat das Bernerbiet bis an d'r Welt ihr End!, 2000

Auteur(e): Lucas Chocomeli / FP