26/10/2009 | communication | PDF | imprimer

Troubles

Les Troubles qui ont agité l'évêché de Bâle de 1726 à 1740 résultent des tensions entre un cadre juridique coutumier et la volonté du prince-évêque Jean Conrad de Reinach-Hirzbach de moderniser l'appareil administratif de son Etat dans l'esprit de l'absolutisme éclairé. L'ordonnance centralisatrice de février 1726 "pour la régie des affaires", instituant de nouveaux conseils et commissions, cristallisera le mécontentement populaire. Si les premières oppositions se manifestent dès 1726 en Erguël et aux Franches-Montagnes, elles prendront les formes les plus radicales dans la vallée de Delémont, le Laufonnais et surtout en Ajoie. La bourgeoisie des villes encourage l'action des communautés rurales qui se donnent des députés, les "commis", emmenés par Pierre Péquignat. L'abbaye de Bellelay et les chapitres canoniaux soutiennent le mouvement de protestation. Le haut chapitre et les Etats du pays sont divisés. Abolition de l'ordonnance de 1726, maintien des anciennes franchises, diminution de la fiscalité et exercice plus modéré des droits régaliens (la chasse notamment) figurent parmi les revendications. La tentative de médiation du comte Nicolas de Reichenstein, commissaire impérial (1731), les exhortations à la soumission du haut chapitre (1733) et des cantons catholiques (1734) échoueront. Le 27 mai 1732, l'empereur Charles VI condamne l'action des commis. Le peuple manifeste alors sa colère par des voies de fait contre les officiers du prince. Le successeur de Jean Conrad, Jacques Sigismond de Reinach-Steinbrunn, se tourne finalement vers Louis XV, dont les troupes rétablissent l'ordre par la force en avril 1740, en vertu du traité d'alliance du 11 septembre 1739. Les commis sont capturés et jugés sévèrement (décapitations, galères). Les bourgeois et les membres du clergé paient de lourdes amendes, certains étant démis de leur charge. Dès lors, les souverains disposent d'un environnement administratif et politique favorable à la gestion éclairée de leur principauté, qui se place dans la sphère d'influence française.


Fonds d'archives
– Fonds, AAEB
Bibliographie
– R. Ballmer, Les Etats du pays ou les assemblées d'Etats dans l'ancien évêché de Bâle, 1985, 117-192
– A. Suter, "Troublen" im Fürstbistum Basel 1726-1740, 1985

Auteur(e): Damien Bregnard