10/03/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Augsbourg, Confession d'

La Diète impériale convoquée à Augsbourg en 1530 devait régler les questions religieuses. Les Etats protestants voulant renforcer leur position, la profession de foi luthérienne présentée par Philippe Melanchthon fut rédigée avec prudence. Ce document, la Confession d'Augsbourg, repoussé par l'Eglise catholique (Confutation), servit de référence aux Eglises luthériennes de l'Empire germanique, officiellement reconnues à la paix d'Augsbourg (1555), et scella la séparation avec le catholicisme. Les protestants d'Allemagne méridionale (Confessio tetrapolitana) et de Suisse (Fidei ratio d'Ulrich Zwingli) refusèrent d'observer strictement la Confession d'Augsbourg, ce qui aggrava la division au sein du mouvement réformé et accéléra la rupture de la Confédération helvétique avec l'Empire. A la paix de Westphalie (1648), les réformés non luthériens furent reconnus comme troisième confession.


Bibliographie
– E. Iserloh, éd., Confessio Augustana und Confutatio, 1980
– W. Reinhard, éd., Bekenntnis und Geschichte, 1981
– «Confession d'Augsbourg», in La foi des Eglises luthériennes, éd. A. Birmelé, M. Lienhard, 1991, 7-79

Auteur(e): Heinzpeter Stucki / AN