24/03/2011 | communication | PDF | imprimer | 

Ligue des chevaliers de Saint-Georges

Mise en péril durant les guerres d' Appenzell (1401-1429), la noblesse conclut des alliances pour se défendre des revendications révolutionnaires du commun. C'est ainsi que, le 11 septembre 1406, fut fondée la société de la noblesse du Hegau alors qu'à la même époque, les nobles du haut Danube et de l'Allgäu passaient un accord de même nature. Ces deux associations rallièrent pour deux ans, après que la chevalerie de Souabe se fut alliée avec Constance le 27 octobre 1407, la Ligue de Saint-Georges le 21 novembre 1407. Comptant nonante-six membres, dont les évêques de Constance et d'Augsbourg, le duc de Teck, de nombreux comtes, barons et chevaliers, cette association se tourna contre Appenzell et ses alliés. Soutenue par l'empereur Sigismond, elle fêta un premier succès quand de concert avec des troupes autrichiennes elle infligea une défaite sensible aux Appenzellois le 13 janvier 1408 près de Bregenz, laquelle eut pour effet de disloquer la Ligue du Lac. Celle de Saint-Georges fit passer dès lors la lutte contre Appenzell au second plan, au profit de pactes d'aide mutuelle et de décisions arbitrales. La Ligue de Saint-Georges fut renouvelée à plusieurs reprises, généralement pour une durée de trois ans. En 1428-1429, elle prit encore part à la pacification définitive des Appenzellois. Sigismond voulut l'encourager à faire contrepoids aux princes et à protéger la paix publique, aux côtés de la Ligue des villes souabes. L'association se rallia néanmoins aux princes à partir de 1437 et perdit ainsi son rôle de force politique indépendante. En 1488, elle fut absorbée par la Ligue de Souabe.


Bibliographie
– H. Mau, Die Rittergesellschaft mit St. Jörgenschild in Schwaben, 1941
– H. Obenaus, Recht und Verfassung der Gesellschaft mit St. Jörgenschild in Schwaben, 1961

Auteur(e): Karl Heinz Burmeister / WW