Thalheim

Comm. AG, distr. de Brugg, comprenant le village de T., situé au fond d'une vallée, et de nombreuses fermes isolées. 1064 Taleheim (copie du XVIIe s.), 1179 Talheim. 461 hab. en 1764, 1117 en 1850, 845 en 1900, 653 en 1950, 555 en 1980, 744 en 2000. Sépultures du haut Moyen Age, ruines du château fort médiéval de Schenkenberg, tour de guet de l'époque moderne. Jusqu'en 1798, T. relevait de la seigneurie de Schenkenberg pour la haute justice. La localité formait avec Gallenkirch une basse juridiction. Le coutumier date de 1534, une école existait avant 1640. Le droit de patronage de l'église Saint-Pierre (noyau roman) était exercé par la seigneurie de Kasteln. De tout temps, T. forma une paroisse. La viticulture, qui joua un rôle important dès la première moitié du XVIe s. (vingt-cinq ha de vignes en 1770, quelque trente-trois en 1880), connut un net recul lié à celui de la population dès la fin du XIXe s. Au XVIIIe s., certaines fermes isolées se spécialisèrent dans l'élevage. En 2005, le secteur primaire fournissait près de 30% des emplois de la commune qui a gardé son caractère rural. A partir de 1985 environ, la construction de villas amena une augmentation des navetteurs (70% en 2000).


Bibliographie
– A. Rohr «Thalheim», in Brugger Neujahrsblätter, 108, 1998, 113-126

Auteur(e): Felix Müller (Brugg) / VW