11/05/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Berg am Irchel

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. ZH, distr. d'Andelfingen. Village groupé sur une terrasse du flanc nord de l'Irchel, B. comprend les comm. civiles (Zivilgemeinde) de B. et depuis 1855 Gräslikon (autrefois Buch am Irchel). B. céda à Flaach en 1619 Oberdorf, en 1775 le château de Schollenberg et en 1788 la Ziegelhütte. Sans doute vers 1100 Berga, 1243 Berge. 10 feux et 31 adultes en 1467, 397 hab. en 1634, 527 en 1698, 614 en 1860 (avec Gräslikon), 464 en 1900, 405 en 1950, 376 en 1980, 573 en 2000.

Sur l'Ebersberg se trouvent un site de hauteur du Bronze et des fortifications du Bas-Empire appartenant au limes rhénan, et sur le plateau de l'Irchel des fortifications d'époque inconnue, Schartenfluh et Hebelstein. A Schlossbuck, sur la route de Teufen (ZH), s'élevait un château fort, peut-être celui des seigneurs de Henggart, mentionné en 1222. Le château appartenant en 1391 à Ulrich Eigenthal, orfèvre, bourgeois de Winterthour, fut transformé en 1588 par Hans Peyer. Le château de B., construit en 1642 pour Hans Heinrich Escher à l'emplacement de l'ancienne mayorie, fut le siège de la justice seigneuriale jusqu'en 1798. Il y avait trois instances: la haute justice, relevant du comté de Kibourg, passa avec lui à Zurich en 1452. Le tribunal criminel, compétent jusqu'à 9 £ d'amende, dépendait des mêmes autorités; il fut inféodé (jusqu'en 1474 par les Habsbourg) successivement aux Erzingen (milieu du XIVe s.), Tettingen (propriétaires du château de Schollenberg), Gachnang, zum Tor auf Teufen (1464), Ulm, Meiss et finalement par mariage aux Escher vom Luchs de Zurich (1642-1798). Quant à la basse justice, elle passa en 1268 des seigneurs de Teufen au couvent de Kappel; bien qu'il n'y ait pas trace d'un échange avec le chapitre d'Embrach, la basse justice dépendait, selon le coutumier de la fin du XIVe s., de la mayorie de ce chapitre, avec une compétence limitée à 9 sous d'amende et à la surveillance des champs et forêts. Quoi qu'il en soit, vers 1370 encore, les villageois faisaient valoir leurs droits fondés sur des documents des Teufen considérés comme leurs anciens seigneurs bas justiciers. Sous l'Helvétique, B. fut rattaché au district d'Andelfingen.

B. est déjà une paroisse en 1268. En 1558, le Conseil de Zurich, tout en se réservant la présentation, accorda la collation au couvent de Rheinau, qui construisit la même année une grange des dîmes (cette situation dura jusqu'en 1836). Village agricole, B. avait aussi en 1836 une douzaine de tisserands. La route de l'Irchel, dominant le Rhin, remplaça en 1841 le vieux chemin de Zurich, en forte pente. Une auto postale relie B. à Winterthour depuis 1931. Le vignoble a reculé de 39 ha (1886) à 9 (1974), au profit de l'arboriculture et des fourrages (société de laiterie en 1931). Le remaniement parcellaire de 1951 provoqua le déplacement d'exploitations hors du village. La culture des asperges et du tabac a été récemment introduite. Avec 44% des personnes actives dans le secteur primaire, mais 64% travaillant à l'extérieur (1990), B. est devenu une commune semi-agricole. Une société villageoise (1971) s'assigne des buts culturels.


Sources imprimées
SDS ZH, I/1, 476-571
Bibliographie
– W. Steiner, Berg am Irchel und seine Schlösser, 21955
Berg am Irchel in Wort und Bild, 1977

Auteur(e): Martin Illi / PM