Urdorf

Comm. ZH, distr. de Dietikon, située dans l'agglomération zurichoise, occupant une cuvette asséchée de la Limmat. U. comprend Niederurdorf et Oberurdorf et forme une commune depuis leur fusion en 1931. 1179 predium Urdorf. Env. 80 hab. en 1467, 581 en 1634, 770 en 1850, 711 en 1900, 1929 en 1950, 3909 en 1960, 8589 en 1980, 9417 en 2000.

Habitat de l'âge du Bronze au Rainweg (Moosmatt), maison de maître d'une villa romaine (Heidenkeller). Au bas Moyen Age, Oberurdorf comprenait notamment un domaine (Meierhof) de l'abbaye de Saint-Blaise, un moulin sur le ruisseau du village et une taverne. Hans Steiner, bourgmestre de Zurich, y fit construire un établissement de bain et de cure (1526, auj. auberge Zur Sonne). Au bas Moyen Age, Niederurdorf n'était qu'un petit hameau. Toute la région relevait du comté de Baden pour la haute justice. Oberurdorf faisait partie de la seigneurie foncière de l'abbaye de Saint-Blaise; la basse juridiction fut remise en fief aux Regensberg, puis aux Habsbourg-Laufenbourg jusqu'en 1384. Après plusieurs changements de propriétaire, la ville de Zurich en acquit la moitié en deux étapes (un quart en 1487 et l'autre en 1495), puis la moitié restante en 1511 et rattacha le tout au bailliage de Birmensdorf. Les droits de basse justice sur Niederurdorf étaient en possession des Habsbourg qui les cédèrent en fief aux seigneurs de Schönenwerd (jusque vers 1450). La seigneurie justicière de Niederurdorf fut vendue plusieurs fois et revint finalement aux Steiner d'Uitikon en 1620, qui la conservèrent jusqu'en 1798. Mentionnée pour la première fois en 1173, la chapelle Saint-Georges dans la vallée de la Reppisch dépendit dès 1375 de l'église paroissiale de Dietikon et fut abandonnée à la Réforme. La chapelle Saint-Nicolas à Oberurdorf, attestée dès 1184, fut incorporée au couvent de Wettingen comme filiale de l'église paroissiale de Dietikon (1321). Zurich détenant les droits de basse justice sur U., les deux villages ayant adopté la Réforme ne furent pas recatholicisés après 1531, contrairement à Dietikon. L'abbaye de Wettingen conserva néanmoins la collation jusqu'en 1838; résidant à U. dès 1627, le pasteur était choisi par le monastère parmi les trois candidats proposés par Zurich. U. et Dietikon ne devinrent deux paroisses protestantes séparées qu'en 1959. La paroisse catholique existe depuis 1960, l'église Saint-Nicolas-de-Flue depuis 1964. La première école remonte à 1600 environ. Oberurdorf construisit en 1673 un bâtiment scolaire avec un logement pour l'instituteur. Au XIXe s., U. se développa à peine, la population diminua même légèrement dans la seconde moitié du siècle. Jakob Lips fonda en 1880 la seule fabrique d'U., qui produisait des appareils de boulangerie. La forêt communale d'Oberurdorf fut transformée en corporation d'ayants droit en 1839. La route cantonale Dietikon-Birmensdorf, construite en 1848-1850, provoqua à Oberurdorf un déplacement de l'axe principal du ruisseau du village vers la nouvelle artère. La ligne de chemin de fer Zurich-Affoltern am Albis-Zoug (dite Ämtlerbahn) fut mise en service en 1864. Dans les années 1920, une nouvelle banlieue zurichoise s'implanta autour de la gare, située dans la commune voisine de Schlieren. Le musée local ouvrit ses portes en 1997. Depuis les années 1960, U. s'est transformé en commune résidentielle suburbaine.


Bibliographie
MAH ZH, 9, 1997, 338-366

Auteur(e): Martin Illi / EVU