18/11/2015 | communication | PDF | imprimer | 
No 25

Erlach, Sigmund von

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 3.10.1614 à Berne, décès 7.12.1699 à Berne, prot., bourgeois de Berne. Fils de Hans Rudolf, bailli. ∞ 1638 Ursula Esther von Mülinen, dame de Wildenstein, fille de Pilgrim. Seigneur de Spiez et propriétaire de la maison Bubenberg à Berne. Après une carrière militaire au service du duc Bernard de Saxe-Weimar (colonel d'un régiment d'infanterie) et en France (major-général), E. entra au Grand Conseil de Berne (1645) et au Petit Conseil (1652). Général de l'armée bernoise durant la guerre des Paysans en 1653, il exerça une sévère répression judiciaire contre les rebelles de Haute-Argovie, après la victoire de Herzogenbuchsee. Ayant écrasé la révolte, il reçut en récompense 800 ducats et la franchise fiscale pour ses propriétés romandes. A la suite de la défaite qu'il subit comme général des forces bernoises face aux cantons catholiques dans la première guerre de Villmergen (1656), il fut vivement critiqué pour ses hésitations stratégiques. Il put néanmoins poursuivre sa carrière politique: banneret en 1667, directeur des sels en 1671, il fit partie de la délégation de quelques cantons confédérés qui se rendit à Rappoldsweiler (Alsace) pour saluer Louis XIV et fut nommé avoyer en 1675, charge qu'il exerça dans les années impaires jusqu'en 1699. Sans descendants, indépendant, riche, ambitieux et d'une éloquence brillante, E. fut un diplomate expérimenté, soucieux de sa renommée; il fit preuve d'un talent évident de négociateur, en politique étrangère notamment. Défenseur de la raison d'Etat, il bénéficiait d'un grand prestige, mais fut peu populaire, car il tenait toujours à garder ses distances. Il intervint, en 1671, en faveur du recrutement controversé du régiment d'E. pour le service de France.


Bibliographie
– H.U. von Erlach, 800 Jahre Berner von Erlach, 1989, 303-328

Auteur(e): Barbara Braun-Bucher / AN