• <b>Rodolphe d'Erlach</b><br>Rodolphe et ses fils, Burkhard et Johann, représentés en 1485 dans la <I>Spiezer Chronik</I> de  Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 30). Tenant un écu aux armes de la famille d'Erlach, l'avoyer porte un chapeau orné d'une pierre précieuse et un manteau bordé d'hermine, signes de sa dignité.
  • <b>Rodolphe d'Erlach</b><br>Barbara de Praroman et ses filles, représentées en 1485 dans la <I>Spiezer Chronik</I> de  Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 31). Tenant un écu aux armes de la famille fribourgeoise de Praroman, la première épouse de Rodolphe est accompagnée de ses deux filles mariées et de leurs sœurs célibataires.

No 22

Erlach, Rodolphe d'

naissance 1448 à Berne, décès 18.11.1507 à Berne, de Berne. Fils de Petermann, du Petit Conseil. ∞ 1) 1471 Barbara de Praroman, fille de Jean de Praroman, 2) 1492 Barbara von Scharnachtal, fille de Kaspar von Scharnachtal. Chevalier, membre de la société noble du Distelzwang, E. possédait plusieurs seigneuries, dont celles de Bümpliz, Wil, Jegenstorf et Cerlier (Erlach). Il tenait cette dernière des comtes de Chalon, à titre de fief héréditaire, confirmé en 1467; il en devint le bailli en 1474, au nom de Berne qui l'avait occupée durant les guerres de Bourgogne. Il assuma, avec succès, des charges administratives (avoyer de Berthoud en 1474), militaires (commandant bernois de Romont en 1475) et politiques (membre du Grand Conseil en 1471, du Petit Conseil en 1476, plusieurs fois avoyer entre 1479 et 1507); sa réticence à l'égard du recrutement de mercenaires par la France le priva cependant de la charge d'avoyer de 1481 à 1491, laquelle passa au francophile Wilhelm von Diesbach. Partisan d'Adrien Ier de Bubenberg, il s'opposa à une rupture avec Charles le Téméraire, mais une fois la guerre déclarée, il prit part aux campagnes militaires (Grandson et Morat en 1476). Il commanda les troupes bernoises dans le Hegau durant la guerre de Souabe en 1499 et participa à la bataille de Dornach.

<b>Rodolphe d'Erlach</b><br>Rodolphe et ses fils, Burkhard et Johann, représentés en 1485 dans la <I>Spiezer Chronik</I> de  Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 30).<BR/>Tenant un écu aux armes de la famille d'Erlach, l'avoyer porte un chapeau orné d'une pierre précieuse et un manteau bordé d'hermine, signes de sa dignité.<BR/>
Rodolphe et ses fils, Burkhard et Johann, représentés en 1485 dans la Spiezer Chronik de Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 30).
(...)
<b>Rodolphe d'Erlach</b><br>Barbara de Praroman et ses filles, représentées en 1485 dans la <I>Spiezer Chronik</I> de  Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 31).<BR/>Tenant un écu aux armes de la famille fribourgeoise de Praroman, la première épouse de Rodolphe est accompagnée de ses deux filles mariées et de leurs sœurs célibataires.<BR/>
Barbara de Praroman et ses filles, représentées en 1485 dans la Spiezer Chronik de Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 31).
(...)

E. accomplit diverses missions diplomatiques, notamment comme délégué des Confédérés à Bellinzone en 1478 et comme médiateur dans la querelle opposant l'évêque de Sion à la Savoie en 1506-1507. Apprécié pour ses qualités d'administrateur, il fut, parfois au nom de Berne, avoué de diverses institutions religieuses, telles que Rüeggisberg, Hettiswil, Thorberg et le chapitre de Saint-Vincent à Berne. Il encouragea les mouvements précurseurs de la Réforme dans l'Eglise et les couvents bernois. Sur sa demande, Diebold Schilling l'Ancien réalisa la chronique dite de Spiez (1485-1486), version privée de la chronique officielle de Berne. Conrad Türst lui dédia, entre autres, son ouvrage De situ confoederatorum descriptio (1495-1497).


Fonds d'archives
– BBB
Bibliographie
– H.U. von Erlach, 800 Jahre Berner von Erlach, 1989, 68-89
– C. von Steiger, «Besitzergeschichte der Handschrift», in Diebold Schillings Spiezer Chronik, 1990, 15-19

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / AN