Würenlos

Comm. AG, distr. de Baden, au débouché du Furttal dans la vallée de la Limmat, comprenant, outre le village de W., les anciennes comm. de Kempfhof et Oetlikon (depuis 1900), ainsi que le couvent de Fahr (depuis 2008). 870 Wirchilleozha. 428 hab. en 1634, 647 en 1780, 1047 en 1850, 945 en 1900, 1805 en 1950, 2653 en 1970, 4793 en 2000. Vestiges isolés du Mésolithique et du Néolithique, carrière romaine, cimetière alaman; la voie romaine reliant Vindonissa à Vitudurum et au lac de Constance passait par le nord de la commune. Au Moyen Age, la partie occidentale du Furttal était divisée entre de nombreuses seigneuries laïques et ecclésiastiques. En 1415, la souveraineté passa aux Confédérés (bailliage commun de Baden). L'abbaye de Wettingen, toute proche, reçut la basse juridiction et le patronage en 1421. Une certaine autonomie fut acquise au bas Moyen Age et défendue par la suite. Durant la guerre des Paysans de 1653, une résistance active se manifesta à W. De la vaste paroisse de W. (mentionnée en 1275) relevaient des filiales à Otelfingen, Boppelsen et Unteroetwil. L'église, dédiée à Notre-Dame et saint Antoine, agrandie après 1500, servit paritairement dès 1532, tandis que les écoles furent séparées confessionnellement jusqu'en 1896. Catholiques et protestants n'eurent des lieux de culte distincts que depuis 1937. W. fut desservi dès 1877 par les Chemins de fer du Nord-Est (ligne du Furttal). Depuis 1931, un nouveau pont sur la Limmat assura la liaison routière avec Killwangen. Un relais autoroutier fut ouvert sur l'A1 en 1972. La vie économique et politique de la commune garda une forte empreinte agricole jusqu'au milieu du XXe s. En 1955, on recensait encore quatre-vingts exploitations rurales employant 194 personnes. Une industrialisation tardive amena l'installation de quelques établissements, telle la carrière de pierre, exploitée jusqu'en 1970, dont le grès coquillier fut vendu dans toute la Suisse à partir de 1900. Les 350 entreprises recensées en 2010 relevaient pour la plupart du secteur tertiaire; elles offraient quelque 2000 emplois. Depuis l'adoption du premier plan de zones en 1957, W. est devenue une commune résidentielle à faible part de population étrangère.


Bibliographie
Würenloser Blätter, 1971-
– P. Witschi, Ortsgeschichte Würenlos, 1984
MAH AG, 7, 1995, 247-275

Auteur(e): Peter Witschi / LA