Etats du Golfe

 © 2001 DHS et Kohli cartographie, Berne.
© 2017 DHS

Comme avec l'Arabie Saoudite, les relations de la Suisse avec les Etats du Golfe arabo-persique (Emirats arabes unis, Oman, Qatar, Koweït, Bahreïn) se sont développées dans la foulée de l'essor économique régional à partir de l'extraction du pétrole dans les années 1960. Le nombre de Suisses reste inférieur à une centaine avant 1973 et dépasse 300 en 1980 (techniciens, ingénieurs, architectes, conseillers qui travaillent dans le bâtiment et le génie civil ou dans les secteurs de l'énergie, des communications et de la cimenterie). Le Conseil fédéral reconnaît les nouveaux Etats dès les proclamations de leur indépendance en 1971. Pour renforcer la présence de la Suisse dans le Golfe et répondre aux demandes des milieux d'affaires, il ouvre en 1976 à Abu Dhabi un bureau que dirige un délégué commercial, office transformé en ambassade en 1981. Les échanges économiques sont importants: pétrole, notamment des Emirats arabes unis qui sont parmi les premiers fournisseurs de la Suisse; séjours et achats de propriétés en Suisse; lignes aériennes. La Suisse exporte de l'horlogerie, de la bijouterie, des biens d'équipement, du matériel de guerre (le Conseil fédéral interdit temporairement l'exportation de ce dernier dès novembre 1990 après l'invasion du Koweït par l'Irak). A l'instar de l'UBS qui ouvre un bureau à Bahreïn en 1974, les grandes banques suisses sont représentées et actives dans la région.


Fonds d'archives
– Documentation du DFAE

Auteur(e): Marc Perrenoud