• <b>Scoutisme</b><br>Affiche annonçant le camp national des éclaireurs suisses à Zurich en 1938, réalisée par  André Tödtli (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).

Scoutisme

Actif sur le plan international, ce mouvement de jeunes entama ses activités par un camp destiné aux garçons, organisé par Robert Stephenson Smyth Baden-Powell en Angleterre en 1907, qui fut également proposé aux filles dès 1910. Aspirant à une éducation libérale, le scoutisme insiste surtout sur la force de caractère individuelle, qu'il s'agit de forger: les adolescents doivent développer leurs aptitudes corporelles, intellectuelles et spirituelles en vivant en communauté avec des individus du même âge. Le mouvement se répandit rapidement au-delà de l'Angleterre. En 1920 eut lieu à Londres le premier Jamboree scout réunissant 8000 participants venus de vingt-sept pays; cette rencontre internationale s'est répétée plusieurs fois depuis lors. Le scoutisme s'implanta aussi dans les villes suisses (depuis 1910 pour les garçons et 1911 pour les filles). La Fédération des éclaireurs suisses (FES) fut fondée en 1913, celle des éclaireuses (FESeS) en 1919. Les enfants handicapés peuvent participer depuis 1924 aux activités de Scout malgré tout. En 1932, les sections catholiques de Suisse alémanique se fédérèrent pour constituer l'Association des scouts catholiques, membre du Mouvement scout de Suisse (MSdS).

Pendant les deux guerres mondiales, les scouts soutinrent l'armée et s'engagèrent avec la Croix-Rouge en faveur des enfants victimes de conflits. La FES estimait qu'il était de son devoir de préparer les jeunes au service militaire, tout en refusant de dispenser une formation purement physique et de "jouer aux soldats" comme le faisaient les cadets. Craignant que le mouvement paramilitaire ne perde son autonomie, elle s'opposa en 1940 à un projet de loi préconisant la création d'une instruction militaire préparatoire obligatoire. Une fois cette proposition écartée, la FES exerça son influence sur la conception de la nouvelle ordonnance de 1942, qui accordait une grande marge de manœuvre aux différentes organisations et fut le précurseur de Jeunesse+Sport, association en faveur de laquelle les scouts furent actifs dès 1971.

<b>Scoutisme</b><br>Affiche annonçant le camp national des éclaireurs suisses à Zurich en 1938, réalisée par  André Tödtli (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).<BR/>
Affiche annonçant le camp national des éclaireurs suisses à Zurich en 1938, réalisée par André Tödtli (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
(...)

Les bouleversements qui marquèrent la culture des jeunes dans les années 1960 influencèrent aussi le scoutisme. La FES perdit près de 10 000 membres à partir de 1968; au milieu des années 1970, elle comptait quelque 45 000 adhérents et leur nombre resta stable jusqu'en 1987. Le nombre des membres de la FESeS augmenta dans les années 1970, puis retomba à 15 000 en 1987. Les deux fédérations furent dissoutes cette même année pour donner naissance au MSdS. En 2010, ce mouvement comptait environ 45 000 membres actifs (25 000 garçons, 20 000 filles), ce qui en fait la plus grande organisation de jeunesse de Suisse. Le MSdS compte près de 700 sections locales, organisées comme des associations indépendantes, qui mettent régulièrement sur pied des activités et des camps. Chaque section se subdivise en cinq branches, selon l'âge des enfants (castors, louveteaux, éclais, picos et routiers), et plusieurs d'entre elles disposent de locaux (homes scouts). Les camps concrétisent les objectifs scouts: les enfants et les adolescents s'organisent en groupes plus ou moins grands, assument des responsabilités vis-à-vis de soi-même et des autres, essaient de se débrouiller avec des moyens simples et apprennent à gérer les ressources naturelles avec respect. Des camps fédéraux, organisés sporadiquement, réunissent des scouts de toute la Suisse; celui de la plaine de la Linth, en 2008, a rassemblé 25 000 participants. La formation des responsables, qui sont eux-mêmes des adolescents ou de jeunes adultes, est coordonnée sur le plan national et organisée par les associations cantonales. De très nombreux anciens scouts, organisés en associations, soutiennent le mouvement de diverses manières.

Le MSdS est membre de l'Association mondiale des guides et des éclaireuses (AMGE, siège à Londres) et de l'Organisation mondiale du mouvement scout (OMMS, siège à Genève). La Suisse abrite deux importants centres de rencontre internationaux: l'International Scout Centre à Kandersteg (ouvert en 1923 et appartenant à l'OMMS) et Our Chalet à Adelboden (inauguré en 1932 par l'AMGE).


Fonds d'archives
– Arch. centrales et musée du MSdS, Berne
Bibliographie
– D. Stroppel, Der Schweizerische Pfadfinderbund 1918 bis 1945, 1996
– F. Ruhl, 100 Jahre Pfadi, 2007

Auteur(e): Katharina Kalcsics / UG