03/07/2007 | communication | PDF | imprimer | 

Gebenstorf

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. AG, distr. Baden, bailliage du comté de Baden de 1415 à 1798, au confluent de la Reuss, de la Limmat et de l'Aar, qui comprenait autrefois les localités (d'origine alamane) de G. et Wil, le hameau de Reuss (au départ du bac pour Windisch), le village de Vogelsang sur les berges de la Limmat, le quartier industriel de Turgi (né au XIXe s.) et les domaines de Petersberg et de Schwabenberg (défrichés au Moyen Age). Turgi forme une commune avec Wil depuis 1884. 1247 Gobistorf. 630 hab. en 1798, 2435 en 1880, 1570 en 1888 (sans Wil ni Turgi), 1574 en 1900, 2110 en 1950, 4079 en 1990, 4974 en 2000.

Vestiges isolés de l'âge du Bronze. Un milliaire romain (auj. au Musée national suisse à Zurich) se dressait à Wil sur la voie Windisch-Baden qui, comme la route actuelle, suivait l'étroite terrasse au pied du Gebenstorfer Horn. En 1330, les Habsbourg transmirent les terres et l'église (mentionnée en 1247) qu'ils possédaient à G., dans leur bailliage de Baden, à l'abbaye de Königsfelden, laquelle fut dès lors le principal propriétaire foncier. Après la Réforme, un tiers de la population resta catholique (pastorale assumée par le curé de Birmenstorf) et l'église servit aux deux confessions. Une église catholique fut édifiée en 1889 et un nouveau temple protestant en 1891. Les écoles furent séparées sur le plan confessionnel jusqu'en 1895. Fondée en 1911, la paroisse catholique de G.-Turgi comprend depuis 1950 deux sections distinctes. La population vivait de la céréaliculture et accessoirement de la navigation fluviale et de la pêche. L'ouverture de grandes filatures de coton à Turgi (Bebié, 1828-1962) et à Windisch (Kunz, 1829-2000) entraîna un doublement de la population dans les années 1830. Un village ouvrier se constitua à Turgi, où une gare (la seule de la commune) fut inaugurée en 1856. Le contraste toujours plus fort entre population établie et nouveaux arrivants déboucha sur la scission de 1884. Même ainsi amputé, G. garda son caractère ouvrier. Sa plus grande entreprise était une filature ouverte en 1862 à Vogelsang, transformée en 1899 en une manufacture d'articles en métal et devenue de 1901 à 1998, une des principales fabriques de lampes de Suisse (BAG Turgi). La majorité de la population active travaillait néanmoins à l'extérieur (filatures de Turgi et de Windisch, Brown Boveri à Baden). Le secteur secondaire offrait 70 à 80% des emplois entre 1910 et 1970, mais moins d'un quart en 2000, contre deux tiers pour le tertiaire.


Bibliographie
– A. Haller, Gebenstorf im Flug durch die Jahrhunderte, 1971
– D. Sauerländer, A. Steigmeier, Wohlhabenheit wird nur Wenigen zu Theil, 1997

Auteur(e): Andreas Steigmeier / AN