• <b>Ouvriers</b><br>Mineurs extrayant le métal du minerai, gravure tirée de la <I>Cosmographia</I> de  Sebastian Münster   publiée à Bâle en 1543 (Bibliothèque de Genève).
  • <b>Ouvriers</b><br>Travailleuses et travailleurs agricoles occupés à des travaux d'hiver, eau-forte pour le mois de novembre d'un calendrier gravé en 1663 par  Conrad Meyer (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv).
  • <b>Ouvriers</b><br>Gravure tirée de la suite <I>Une danse macabre</I> publiée à Lausanne en 1919 chez Spes par   Edmond Bille (Bibliothèque nationale suisse). L'image d'une classe laborieuse écrasée par la fatalité de sa condition apparaît fréquemment déjà dans la littérature du XIX<SUP>e </SUP>siècle et les artistes engagés socialement illustreront souvent ce thème, notamment après le désastre de la Première Guerre mondiale.
  • <b>Ouvriers</b><br>Ouvrière de fabrique. Photographie de  Hans Staub,  vers 1930 (Fotostiftung Schweiz, Winterthour) © Fotostiftung Schweiz.
  • <b>Ouvriers</b><br>Centrale téléphonique de Coire en 1943 (Musée de la communication, Berne).
  • <b>Ouvriers</b><br>Travailleurs agricoles en 1942 dans le Valais lors de la récolte du tabac (Musée national suisse, Actualités suisses Lausanne, Photo Presse-Diffusion).
  • <b>Ouvriers</b><br>Affiche contre l'initiative Schwarzenbach en vue de la votation sur la "surpopulation étrangère" du 7 juin 1970 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste). Après 1968, l'extrême-gauche fut préoccupée par le manque de solidarité de certains ouvriers suisses qui craignaient que leur travail soit pris par des étrangers.
  • <b>Ouvriers</b><br>"Non à la prolongation du temps de travail", affiche de  Dora Hauth   pour la votation sur la révision de la loi sur les fabriques de 1924 qui visait à prolonger la durée du travail de 48 à 54 heures (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).

Ouvriers

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

Le terme d'ouvrier n'a pas toujours désigné la même réalité au cours du temps. Bien définie à certaines époques et beaucoup moins nette en d'autres, cette notion sera présentée ci-après dans ses contextes sociohistoriques successifs.

1 - Moyen Age et Temps modernes

Selon la doctrine des trois états (Société d'ordres) élaborée vers l'an mille, les laboratores ou operatores, souvent serfs, constituaient l'état chargé de nourrir, par son travail manuel, la noblesse et le clergé; autrement dit, ils étaient les ouvriers de la société agraire du haut Moyen Age et du Moyen Age classique (Paysannerie). Pouvait être considérée comme ouvrier toute personne, de statut libre ou non, travaillant à la production dans le système de la seigneurie foncière. Comme salariés dépendants, tant juridiquement qu'économiquement, les ouvriers ne commencèrent à former un groupe social distinct qu'à partir de l'essor urbain du Moyen Age et des transformations sociales qu'il entraîna. En même temps que déclinait le système de la réserve seigneuriale et des corvées, la seigneurie foncière se développait, entraînant un assouplissement des liens attachant les populations rurales serves à leur seigneur. La monétarisation, l'essor du commerce et de l'artisanat et l'urbanisation s'accompagnèrent d'une division du travail entre ville et campagne, de même que dans la production artisanale. Les villes en croissance attiraient les campagnards à la recherche de travail, qui, dès la crise du bas Moyen Age surtout, constituèrent les classes inférieures de la population urbaine. A la campagne, les seigneuries laïques et ecclésiastiques, les bourgeois propriétaires et les paysans fortunés employaient des ouvriers à l'année ou à la saison, principalement recrutés parmi les couches les plus modestes de la population rurale, les Tauner ou manouvriers.

<b>Ouvriers</b><br>Mineurs extrayant le métal du minerai, gravure tirée de la <I>Cosmographia</I> de  Sebastian Münster   publiée à Bâle en 1543 (Bibliothèque de Genève).<BR/>
Mineurs extrayant le métal du minerai, gravure tirée de la Cosmographia de Sebastian Münster publiée à Bâle en 1543 (Bibliothèque de Genève).
(...)

Les ouvriers vivaient parfois dans le ménage de l'employeur. Ils étaient soumis à l'autorité et à la discipline du maître de maison, sa femme étant chargée de la surveillance des servantes et des apprenties. Le terme de valet (Knecht) désignait à la fois le personnel masculin domestique ou artisanal non qualifié et le compagnon, ouvrier formé et spécialisé. Le service des jeunes gens et des jeunes filles non mariés dans une autre maison était normalement considéré comme une phase provisoire à laquelle mettait fin le mariage ou la création de sa propre exploitation. Le système des travailleurs intégrés à la maisonnée du maître s'appliquait essentiellement au personnel des artisans et des commerçants, et non aux ouvriers des transports, des entreprises urbaines de construction, de jardinage et d'agriculture, ni aux mineurs. Dans tous ces domaines, les ouvriers mariés habitaient avec leur famille près des endroits (chantiers, jardins, mines) où ils pouvaient trouver un emploi, très incertain cependant, variable selon les saisons et sans garantie d'occupation à l'année. Du fait des nombreux jours fériés des fêtes patronales, les ouvriers de la construction avaient pratiquement une semaine de travail de cinq jours; leur revenu annuel n'était donc que la somme des salaires d'environ 265 journées. Pour assurer leur survie, les familles d'ouvriers devaient réunir le revenu des deux conjoints et des enfants en âge de travailler. Au bas Moyen Age et à l'époque moderne, les conflits sociaux furent surtout déclenchés par des organisations d'ouvriers qualifiés.

<b>Ouvriers</b><br>Travailleuses et travailleurs agricoles occupés à des travaux d'hiver, eau-forte pour le mois de novembre d'un calendrier gravé en 1663 par  Conrad Meyer (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv).<BR/>
Travailleuses et travailleurs agricoles occupés à des travaux d'hiver, eau-forte pour le mois de novembre d'un calendrier gravé en 1663 par Conrad Meyer (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv).
(...)

La classe ouvrière prit à l'époque moderne des caractéristiques qui la distinguèrent de ce qu'elle était au Moyen Age. La croissance démographique et l'ouverture de nouveaux marchés d'exportation favorisa la dispersion de la production (Verlagssystem), notamment dans l'industrie textile, donnant ainsi naissance en ville et à la campagne à de nouvelles catégories d'ouvriers en marge de l'artisanat et des corporations. Les marchands et les fabricants des villes s'appuyaient sur la main-d'œuvre rurale, à qui ils confiaient les matières premières (coton, laine, soie, par exemple), pour faire exécuter à domicile des produits semi-finis (fil, étoffes non teintées, pièces d'horlogerie, etc.) et des biens d'exportation (Travail à domicile). Les ouvriers à domicile, comme les artisans, organisaient eux-mêmes la journée de travail dans leur logis ou leur atelier. Pour la commercialisation, ils étaient entièrement dépendants d'un entrepreneur qui, le plus souvent, possédait aussi les outils, notamment le métier à tisser. La protoindustrialisation eut en maints endroits pour effet secondaire, comme à Genève, de reléguer au rang de salariés d'anciens maîtres entièrement tombés sous la dépendance du capitalisme commercial urbain. Le travail à domicile avait une place spécifique au sein de l'économie familiale dans les divers types de maisonnées rurales, y compris chez les artisans de profession. Il était pratiqué toute l'année ou à titre accessoire (entre les pics saisonniers du travail agricole), selon le niveau des salaires, le rapport entre les salaires agricoles et les autres, selon le groupe social, la main-d'œuvre à disposition et les exigences de l'exploitation familiale. Les travaux faiblement rémunérés, comme le filage, le torsadage ou le bobinage de fil étaient plutôt exécutés par les femmes (Travail féminin) et les enfants (Travail des enfants) et constituaient une source de revenus pour les couches rurales les plus modestes. Les travaux à domicile exigeant des investissements en capitaux, comme le tissage, étaient pratiqués dans des exploitations agricoles plus favorisées.

Dès la fin du XVIe et le début du XVIIe s., la production de rubans de soie, dirigée par les grands négociants de Bâle, commença à s'établir dans le plat pays bâlois. Dans les campagnes zurichoises, les cotonnades grossières dites Tüechli, le peignage et le tissage de la laine jouèrent un rôle important, même si les ateliers de peignage étaient souvent regroupés en ville de Zurich ou dans sa périphérie. L'industrie de la soie (filage de schappe, tissage), celle du coton et le tricotage des bas (bonneterie) connurent un essor à Zurich et dans ses campagnes dès la fin du XVIe s. L'industrie à domicile dirigée depuis Zurich se répandit également en Suisse centrale. A Genève, la production textile - en particulier la draperie et la soierie (velours, taffetas) -, la bijouterie et l'horlogerie employaient une nombreuse main-d'œuvre, venue pour une part des régions voisines plus ou moins proches. Une partie de cette main-d'œuvre, au XVIIe et au XVIIIe s., travaillait déjà dans des manufactures. Dans l'indiennerie notamment (mais aussi dans la bonneterie genevoise), des entrepreneurs fondèrent peu à peu des manufactures réunissant pour la première fois toutes les étapes de production de l'impression des toiles, organisées hiérarchiquement et selon le principe de la division du travail, où les ouvriers n'avaient plus la possibilité d'adapter la durée et le rythme de travail aux besoins de l'économie familiale.

Auteur(e): Dorothee Rippmann / LA

2 - XIXe et XXe siècles

2.1 - L'évolution sémantique au XIXe siècle

Au cours du XIXe s., la notion d'ouvrier - ou, de plus en plus, de travailleur - se restreignit, excluant désormais les paysans et autres personnes indépendantes. Après le milieu du siècle encore, le terme s'appliquait à diverses catégories comme les journaliers, les ouvriers de fabrique, les compagnons de fabrique, les petits employés, les compagnons, les domestiques et les manœuvres. Il désignait des personnes occupées principalement à des tâches physiques, engagées selon un contrat de travail libre, mais fortement dépendantes de leur patron du fait qu'elles ne disposaient pas de leurs propres moyens de production. Dans les années 1860, Marx définit le travailleur idéal aux yeux du patron comme "libre à un double point de vue. Premièrement le travailleur doit être une personne libre, disposant à son gré de sa force de travail comme de sa marchandise à lui; secondement ...[ il doit] être pour ainsi dire, libre de tout, complètement dépourvu des choses nécessaires à la réalisation de sa puissance travailleuse." Pour pouvoir faire usage de cette force de travail, l'employeur ou le maître artisan paie un salaire. A partir de la fin du XIXe s., c'est l'ouvrier d'usine et non plus l'ouvrier à domicile ou l'artisan qui incarne le type même du travailleur. Encore marquées au tournant du siècle, les différences entre ouvriers et employés, quant aux droits sociaux et au statut, se sont progressivement estompées depuis 1945, de sorte que la distinction est devenue toujours plus difficile, tant dans la pratique que dans le langage scientifique. Mais l'usage courant continue à désigner comme ouvriers plutôt les personnes employées à des tâches physiquement pénibles.

Les ouvriers n'ont jamais formé une classe sociale homogène (Société de classes). Du fait de leur diversité à de nombreux égards (sexe, provenance régionale et sociale, langue, religion, profession, qualification, branche économique, etc.), on a longtemps utilisé le terme de "classes laborieuses". C'est à partir de la Révolution française seulement que se répandit la notion de "classe ouvrière" (au singulier), étroitement liée aux conceptions sur l'émancipation économique et politique, sur la conscience de classe, les organisations propres aux différentes classes et la lutte des classes. L'image traditionnelle de la société, divisée en riches et pauvres, fit place à celle de la société de classes divisée en travail et capital (Capitalisme). Les années 1830-1840 virent l'apparition du terme de prolétariat, dépréciatif à l'origine et qualifiant les couches les plus miséreuses (sous-prolétariat, paupérisme). Le mouvement ouvrier, au milieu du XIXe s., valorisa le mot pour en faire un terme choc du marxisme, à la suite de la célèbre conclusion du Manifeste du parti communiste: "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!" Comme le montra l'histoire du mouvement ouvrier, l'appel toucha principalement les ouvriers qualifiés.

<b>Ouvriers</b><br>Gravure tirée de la suite <I>Une danse macabre</I> publiée à Lausanne en 1919 chez Spes par   Edmond Bille (Bibliothèque nationale suisse).<BR/>L'image d'une classe laborieuse écrasée par la fatalité de sa condition apparaît fréquemment déjà dans la littérature du XIX<SUP>e </SUP>siècle et les artistes engagés socialement illustreront souvent ce thème, notamment après le désastre de la Première Guerre mondiale.<BR/>
Gravure tirée de la suite Une danse macabre publiée à Lausanne en 1919 chez Spes par Edmond Bille (Bibliothèque nationale suisse).
(...)

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.2 - Les catégories d'ouvriers au XIXe siècle

Il est convenu de distinguer au XIXe s. entre ouvriers de l'industrie (catégorie qui comprend les ouvriers à domicile et ceux de fabrique), ouvriers artisans (principalement des compagnons) et des catégories particulières comme les ouvriers du chemin de fer, les ouvriers agricoles ou le personnel de service. Du fait de l'imprécision des définitions, les statistiques ne peuvent se fonder que sur des estimations sommaires.

Ouvriers de l'industrie 1830-1880 (en milliers)
 1830/4018501860/651870/721880/82
textile99,0134,0186,0189,0187,0
horlogerie, métallurgie21,031,043,067,064,0
chimie 0,50,60,82,7
papier et imprimerie 2,52,63,05,6
alimentation, tabacs et alcools 2,25,04,69,5
habillement 3,03,02,53,8
bois et construction 2,03,04,56,1
Total 175,2243,2271,4278,7

Sources:Gruner, Arbeiter

Au XIXe s., les travailleurs de l'industrie à domicile et des fabriques (Industrie, secteur économique) ne se recrutaient pas exclusivement parmi les hommes et les adultes: la part des femmes et des enfants était très importante, voire prépondérante dans certains secteurs.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.3 - Les ouvriers à domicile

Les critères de définition des ouvriers restent très difficiles à établir pour une bonne partie du XIXe s. D'un côté, la limite est floue entre les petits agriculteurs qui complétaient le revenu du ménage par une activité artisanale occasionnelle exercée par eux-mêmes ou leur épouse, et les ouvriers à domicile dont l'autosubsistance alimentaire était très faible. D'un autre côté, toute la famille participait au travail à domicile, qui était donc en premier lieu un travail de femmes et d'enfants.

C'est l'industrie du coton qui, pendant longtemps, employa le plus de travailleurs et de travailleuses à domicile. Vers 1800, il existait, selon les estimations, quelque 100 000 fileuses et fileurs à la main, qui cependant n'exerçaient de loin pas tous cette activité à titre principal. C'est précisément dans le filage que la production domestique fut rapidement supplantée par les machines. En revanche, le tissage manuel n'atteignit son point culminant qu'après le milieu du XIXe s. La broderie, le tressage de la paille, le tissage de soieries et de rubans fournissaient également du travail à de nombreux ouvriers à domicile. Leur nombre total dans l'industrie textile augmenta jusque dans les années 1860 pour atteindre les 150 000, avant de diminuer. L'horlogerie fut elle aussi un important pourvoyeur de travail à domicile, avec un maximum d'environ 55 000 à 60 000 personnes employées vers 1870. Le premier recensement systématique des ouvriers à domicile fut effectué en 1905 à l'occasion du recensement des entreprises. Parmi les 92 162 travailleurs à domicile, presque trois quarts étaient des femmes et les principales branches d'activité étaient la broderie (35 087), la soierie (22 454), l'horlogerie (12 071) et l'habillement (9221). Selon des observateurs de l'époque, le phénomène aurait été encore plus répandu. Certains ouvriers à domicile jouissaient d'une situation confortable (par exemple dans la broderie, l'industrie horlogère et la rubanerie), mais, à partir de 1900, ils furent surtout regardés comme une couche sociale à la condition extrêmement précaire. De fait, ils restèrent exclus des progrès de la législation sociale; en outre leur isolement et leurs qualifications souvent modestes entravaient la communication et par conséquent les possibilités d'action collective.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.4 - Les ouvriers des fabriques

Ce furent les fabriques qui donnèrent sa forme moderne au travail salarié, même si, longtemps encore, elles furent loin d'atteindre, en termes d'emplois, l'importance des exploitations artisanales et de l'industrie à domicile. La percée des fabriques commença avec les filatures de coton au début du XIXe s. (Saint-Gall en 1801, Wülflingen en 1802, Zurich en 1805). La famille ne constitua plus le cadre du travail commun de l'homme, de la femme et des enfants, souvent aussi des apprentis, compagnons et domestiques. Il n'était pas rare toutefois qu'un couple et ses enfants fussent employés dans la même fabrique; on trouvait encore à la fin du XIXe s. des offres d'emploi rédigées dans ce sens.

Extrêmement impopulaire, le travail en fabrique n'attira d'abord que ceux qui n'avaient pas d'autre choix, avant tout des anciens ouvriers à domicile, à la différence de ce qui se passa dans d'autres pays. S'y ajoutèrent des artisans appauvris et la population rurale la plus pauvre. Le premier recensement exhaustif des fabriques (1882), qui incluait aussi les grandes exploitations artisanales, enregistra 134 862 ouvriers de fabrique, dont 64 498 femmes. L'une des conséquences les plus marquantes du développement des fabriques fut l'introduction d'un horaire régulier. Toutes les libertés d'aménagement du rythme et de la durée du travail, des pauses, qu'offrait l'industrie à domicile n'avaient plus cours. Les exigences de ponctualité et de fidélité imposées par les fabricants se heurtèrent souvent à de fortes oppositions (grève de la cloche de fabrique à Glaris en 1837, "lundis bleus" non travaillés). Les règlements de fabrique insistaient sur l'ordre, la propreté, l'obéissance à l'égard des supérieurs et la bonne moralité à l'intérieur comme à l'extérieur de l'entreprise. Jusque dans les années 1920, les ouvriers d'usine étaient en majorité employés dans l'industrie textile, qui compta 10 000 à 20 000 ouvriers vers 1830-1840, 40 000 à 45 000 vers 1860-1865 (estimations), 84 669 en 1882 et 102 092 en 1911 (recensements). Depuis l'apparition de statistiques détaillées, on constate que la part des femmes fut toujours prépondérante, allant de près de trois quarts des travailleurs dans l'industrie de la soie à un peu plus de la moitié dans la broderie.

Les ouvriers ne connurent longtemps que les mauvais côtés de l'industrialisation, soit la précarité de l'emploi, de très longues journées de travail, la perte des réseaux de sécurité traditionnels, des salaires permettant tout juste de survivre et l'absence d'institutions de prévoyance. L'adoption des lois sur les fabriques et les inspections d'usines d'une part, l'action du mouvement ouvrier d'autre part amenèrent une amélioration durable dans le dernier quart du XIXe s.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.5 - Les compagnons artisans

Au XIXe et au début du XXe s., les compagnons traditionnels formaient une catégorie importante au sein de la classe ouvrière, avec un effectif d'environ 90 000 (dont près d'un septième d'Allemands) vers 1850 et 130 000 vers 1900, soit presque 4% de l'ensemble de la population. Mais, au cours du XIXe s., leurs chances de devenir maîtres et d'avoir leur propre entreprise diminuèrent. La plupart étaient employés dans le bâtiment (maçons, tailleurs de pierre, charpentiers, plâtriers, peintres), parce que la percée industrielle, manifeste surtout dans les villes, alors en très forte croissance, entraînait de gros investissements en équipements et en constructions. Les autres domaines d'activité principaux de ces compagnons étaient l'alimentation (boulangers, bouchers), le travail du bois (menuisiers), l'habillement (tailleurs, cordonniers), le travail des métaux (ferblantiers, serruriers, forgerons) et l'imprimerie (imprimeurs, compositeurs typographes). Beaucoup mieux organisés, sur le plan politique et associatif, que les autres ouvriers, ils entretenaient une culture spécifique, qui mettait en exergue la maîtrise du processus de production. Jusqu'à la fermeture des frontières en 1914, ils furent très mobiles, se déplaçant d'un pays, voire d'un continent à l'autre, lors de leur tour de compagnonnage, et les plus qualifiés d'entre eux se distinguaient souvent par une remarquable connaissance du monde et des langues.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.6 - Les ouvriers du chemin de fer

Les travaux ferroviaires du milieu du XIXe s. firent apparaître une nouvelle catégorie d'ouvriers appelée à prendre une importance considérable dans les décennies suivantes. Pour les petits chantiers, la main-d'œuvre locale pouvait suffire, mais les grands projets touchant des régions peu habitées nécessitaient un recrutement plus large. La construction du tronçon Sissach-Olten, comprenant le premier long tunnel ferroviaire de Suisse (Hauenstein), requit la participation, entre 1855 et 1858, d'au moins 5500 ouvriers de l'extérieur précisément identifiés, pour trois quarts citoyens étrangers (94% d'Allemands). Les effectifs furent nettement plus élevés pour la construction des lignes alpines. Le travail, dans les tunnels surtout, était très pénible et dangereux et il y eut de nombreux accidents mortels. Pour les chantiers situés loin des localités, les ouvriers étaient logés dans des baraquements construits à leur usage. Cela n'empêcha pas les conflits avec la population, qui voyait dans cet afflux une menace pour l'intégrité de ses biens et pour les bonnes mœurs, cela d'autant plus que les Allemands avaient fait place à des Italiens culturellement moins bien intégrés. Les conditions de vie et de travail inhumaines provoquèrent plusieurs conflits violents (grève du Gothard en 1875). De telles colonies temporaires, abritant des centaines d'ouvriers, réapparurent à l'occasion des chantiers des grands barrages hydrauliques dès le début du XXe s., puis des autoroutes dès les années 1960.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.7 - Les travailleurs du secteur des services

Au XIXe s., le secteur des services comprenait de nombreuses activités assimilables à celles des ouvriers par les conditions de travail et le salaire. Les travailleurs du tertiaire étaient souvent considérés comme des employés, notamment dans le commerce, dans les postes, téléphones et télégraphes, les chemins de fer et dans d'autres entreprises du secteur public. Certains métiers étaient indiscutablement des métiers d'ouvriers, surtout dans le magasinage et le roulage, également dans les entreprises de transports et l'administration publique. Le personnel domestique des secteurs secondaire et tertiaire (servantes, cuisinières, cochers, jardiniers) constituait une catégorie à part, qui comptait 33 778 employés en 1870 et 56 216 en 1910 (en majorité des femmes), généralement très étroitement liés au ménage de leur employeur. L'agriculture employait relativement peu de personnel de maison, mais, durant les périodes de récolte, faisait appel à des journaliers qui, au début du XIXe s., étaient souvent des Tauner. En 1900, ce personnel étranger à la famille était fort de 114 501 individus, soit environ un quart de tous les actifs du secteur primaire. Du fait de leurs liens étroits avec la famille du patron et de la dispersion de leurs lieux de travail, ces personnes avaient un mode de vie très différent de celui des ouvriers de l'artisanat et de l'industrie. A cela s'ajoutaient encore la particularité d'un salaire versé pour une bonne part en nature et une soumission permanente à l'autorité du maître de maison.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.8 - La condition ouvrière au XIXe siècle

A cause du bas niveau des salaires, de la durée des journées de travail et de la forte dépendance à l'égard de l'entreprise, seule une élite parmi les ouvriers pouvait espérer sortir de sa condition prolétaire. Très souvent, le travail ne laissait guère de temps pour d'autres activités. A cette charge s'ajoutait, avant l'institution des assurances sociales, la certitude de ne plus avoir de revenu si l'on était vieux, malade, victime d'un accident ou au chômage. Beaucoup d'ouvriers avaient conscience d'être les victimes de conditions sociales qu'ils étaient de moins en moins disposés à admettre comme relevant de l'ordre divin. Le mouvement ouvrier leur offrait une perspective collective en même temps qu'il favorisait l'épanouissement individuel et l'intégration dans la société (Associations ouvrières, Syndicats) Il joua un rôle important en créant un espace social dans l'entreprise et dans le quartier.

Les industries modernes exigeaient de leurs ouvriers un maximum de productivité. Mais cela ne pouvait être obtenu que moyennant un temps de repos suffisant. Une distinction toujours plus régulière et plus nette fut ainsi introduite entre temps de travail et temps libre. Par l'ouverture de cantines, la création de caisses maladie et de caisses de retraite, l'augmentation des salaires, la diminution de la durée du travail et diverses autres mesures de plus en plus précises (Politique sociale d'entreprise), les entrepreneurs essayèrent de s'attacher durablement les services de leur personnel. Dans les régions rurales, les paysans-ouvriers comptèrent longtemps encore sur l'appoint que fournissait leur domaine agricole.

Répandue dans la bourgeoisie, l'idée du salaire suffisant pour nourrir une famille n'était pas sans exercer une certaine fascination sur les ouvriers, mais elle resta d'abord sans aucune portée concrète. Jusqu'en plein XXe s., il était de règle, dans les milieux ouvriers, que la femme ait une activité lucrative. La situation financière de ces familles ne leur laissait généralement que très peu de marge. Elles devaient vivre à six, voire plus encore, dans de tout petits logements. Dans la seconde moitié du XIXe s., les maisons délabrées et humides des vieux centres villes formaient de véritables taudis. Les familles d'ouvriers n'avaient pas de sphère privée au sens où nous l'entendons. Beaucoup devaient partager des pièces exiguës avec des sous-locataires femmes ou des travailleurs qui leur louaient un lit pour quelques heures par jour. La durée du travail et la dépendance à l'égard des patrons réduisaient la vie familiale à un minimum, surtout pour les ouvriers de fabrique. En dépit des nombreuses doléances moralisatrices critiquant cette situation, ce minimum n'était probablement guère différent de la situation que connaissait la population rurale la plus pauvre. Entre les centres industriels et à l'intérieur même de ceux-ci, la mobilité était très forte. Mais, au sein des entreprises, le taux de fluctuation, jusqu'alors élevé, diminua après la Première Guerre mondiale. Comme même Bâle et Zurich, au pire moment de la misère des logements, n'étaient que des villes modestes en comparaison des métropoles étrangères, les grands quartiers ouvriers à casernes locatives furent rares en Suisse.

Vers la fin du XIXe s., les diverses catégories d'ouvriers commencèrent à former une seule classe sociale, qui se percevait et que la population voyait aussi comme telle. Divers facteurs y avaient contribué. Le développement industriel avait resserré les réseaux de communication dans les grandes entreprises, mais aussi et surtout les échanges entre les régions et les différentes branches. A cela s'ajoutèrent les effets de la législation sociale qui, depuis la loi fédérale sur les fabriques de 1877 et les débats sur l'assurance sociale dans les années 1880, s'adressait de plus en plus à une classe ouvrière homogène. Il convient enfin de ne pas sous-estimer l'impact du mouvement ouvrier et de ses appels à la formation d'une classe unie. De nombreux syndicats se constituèrent à la fin du XIXe et au début du XXe s., qui remplacèrent les anciennes appellations professionnelles (comme ferblantier, fondeur, tonnelier, cordonnier) par des noms en relation avec la position sociale: ouvrier métallurgiste, ouvrier du bois, du textile, du cuir, employé communal, employé d'Etat.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.9 - La notion d'ouvrier au XXe siècle

Au début du XXe s., la notion d'ouvrier était bien établie. Mais la délimitation d'avec la catégorie des employés, en plein développement, ne tarda pas à poser problème. Une enquête menée en 1923 par l'Association patronale suisse de l'industrie des machines auprès des grandes entreprises montra que les industriels utilisaient le terme d'ouvrier pour les personnes payées à l'heure et d'employé pour celles payées au mois ou à l'année. D'une manière générale, on peut relever que, dans la première moitié du XXe s., le traitement des employés était généralement plus stable et plus élevé que le salaire des ouvriers et que, sauf dans certaines branches, les ouvriers avaient des emplois plus précaires.

<b>Ouvriers</b><br>Ouvrière de fabrique. Photographie de  Hans Staub,  vers 1930 (Fotostiftung Schweiz, Winterthour) © Fotostiftung Schweiz.<BR/>
Ouvrière de fabrique. Photographie de Hans Staub, vers 1930 (Fotostiftung Schweiz, Winterthour) © Fotostiftung Schweiz.
(...)
<b>Ouvriers</b><br>Centrale téléphonique de Coire en 1943 (Musée de la communication, Berne).<BR/>
Centrale téléphonique de Coire en 1943 (Musée de la communication, Berne).
(...)
<b>Ouvriers</b><br>Travailleurs agricoles en 1942 dans le Valais lors de la récolte du tabac (Musée national suisse, Actualités suisses Lausanne, Photo Presse-Diffusion).<BR/>
Travailleurs agricoles en 1942 dans le Valais lors de la récolte du tabac (Musée national suisse, Actualités suisses Lausanne, Photo Presse-Diffusion).
(...)

La frontière floue entre ouvrier et employé posa des problèmes parfois insurmontables pour les statistiques. Les premiers recensements de la population (dès 1850) ne réussirent pas à faire une distinction satisfaisante entre activité indépendante et activité salariée. Les employés, les ouvriers et les apprentis ne furent séparés qu'en 1900. Puis, dès 1945, de plus en plus de salariés, n'étant plus payés à l'heure, furent classés parmi les employés, ce qui fit perdre de leur valeur à ces catégories. Pour le recensement de 1990, il fut donc décidé de renoncer à la distinction entre ouvriers et employés. Les lacunes ne peuvent pas être comblées par d'autres statistiques, parce que les recensements des entreprises ne comprennent une catégorie particulière pour les ouvriers que de 1905 à 1965. Les chiffres les plus sûrs sont fournis par les recensements des fabriques effectués dès 1882 et les contrôles périodiques des inspecteurs des fabriques.

Répartition des ouvriers par secteur 1900-1980
 19001920194119601980
secteur primaire264 791270 527110 73266 04291 561
dont femmes55 24570 5743 5132 14545 313
dont étrangers11 9278 2592 96817 7645 505
secteur secondaire466 080518 326565 511821 627672 611
dont femmes168 429161 854137 477190 180148 346
dont étrangers96 18881 88439 005181 136256 926
secteur tertiaire117 599180 760268 022382 325483 657
dont femmes42 31773 240164 829202 985239 609
dont étrangers22 47725 463 21 84328 380120 400
total ouvriers848 470969 613944 2651 269 9941 247 829
total population active1 555 2471 871 7251 992 4872 512 4113 091 694
dont personnes actives occupées dépendantes1 129 7871 431 8661 571 5772 146 9102 792 895

Sources:recensements fédéraux de la population

Seules les données relatives à l'industrie et à l'artisanat présentent une homogénéité satisfaisante. Dans l'agriculture et les services, des décalages furent observés, en 1941 surtout, qui n'étaient pas dus à une évolution réelle, mais à des changements dans les conceptions et dans le système de recensement. Dans le premier cas, les membres de la famille participant à l'activité (les paysannes principalement) ne furent plus comptés comme ouvriers, dans le second les personnes employées dans les ménages (domestiques avant tout) devinrent une catégorie spécifique d'ouvriers. Le nombre le plus élevé d'ouvriers fut enregistré dans les années 1960. Leur part à l'ensemble de la population active passa de 60% en 1900 à 41% en 1980. Encore importante au début du XXe s., la catégorie des ouvriers à domicile ne comptait plus que 12 154 personnes en 1941. La proportion de femmes oscille autour des 30%, avec un creux sensible en 1941; mais les recensements sous-estimaient systématiquement le travail salarié féminin. La proportion d'étrangers, très haute avant la Première Guerre mondiale, atteignit son minimum en 1941, avant de remonter jusqu'à environ 30% en 1980. Les recensements ne tenaient cependant aucun compte des saisonniers qui, dans les années 1960 et au début des années 1970, furent plusieurs fois près de 200 000.

<b>Ouvriers</b><br>Affiche contre l'initiative Schwarzenbach en vue de la votation sur la "surpopulation étrangère" du 7 juin 1970 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).<BR/>Après 1968, l'extrême-gauche fut préoccupée par le manque de solidarité de certains ouvriers suisses qui craignaient que leur travail soit pris par des étrangers.<BR/>
Affiche contre l'initiative Schwarzenbach en vue de la votation sur la "surpopulation étrangère" du 7 juin 1970 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
(...)

Nombre d'ouvriers dans quelques branches 1900-1980
 19001920194119601980
bâtiment78 47074 409100 617170 145143 471
dont femmes 408 284 486 8041 389
bois35 89829 25137 70938 25935 094
dont femmes 467 7671 2531 5622 831
métallurgie18 17529 33151 945100 18595 676
dont femmes 8771 9983 6658 57311 684
machines32 60874 28685 978146 079131 883
dont femmes 6965 79710 49320 13128 683
horlogerie42 70747 07740 15560 90236 732
dont femmes15 43019 82318 52230 03420 873
chimie2 05713 94315 75829 77129 990
dont femmes 2222 7402 8146 7248 553
textile146 664104 01467 61462 78527 538
dont femmes99 21172 29043 10439 12715 117
habillement54 86153 21149 58459 78026 309
dont femmes39 37036 20333 59945 77920 541
alimentation, alcools, tabacs32 49944 65948 87957 21250 783
dont femmes7 80414 17212 04416 27215 734
commerce10 67119 78330 53457 76885 714
dont femmes1 1311 7084 00712 99422 745
transports41 72058 11840 83170 51375 598
dont femmes1 4901 5041 1082 2396 781
hôtellerie28 49739 84747 25662 18182 458
dont femmes20 53329 63736 69641 18454 426

Sources:recensements fédéraux de la population

La répartition par branche d'activité connut de fortes variations au cours du XXe s. Le nombre d'ouvriers employés dans l'industrie des métaux, l'industrie chimique, le commerce et l'hôtellerie augmenta, tandis qu'une régression fut manifeste surtout dans l'industrie du textile et de l'habillement. La répartition par sexes tendit à s'équilibrer dans certaines branches après 1945, mais il subsiste des activités presque exclusivement masculines (métaux, machines, chimie, bâtiment, bois et transports) et d'autres à prépondérance féminine (textile, habillement et hôtellerie). Dans l'industrie horlogère, le nombre de femmes dépassa celui des hommes à partir de 1960.

La distinction entre ouvriers et employés commença à s'estomper après 1945, du moins pour les citoyens suisses. Les différences, quant à la sécurité sociale, n'atteignirent jamais en Suisse l'ampleur qu'elles eurent dans quelques autres pays et, pour cette raison, la délimitation se fit essentiellement par convention. Dans de nombreuses entreprises, l'affiliation à une convention collective fut longtemps le principal critère de distinction, mais il perdit de son importance dès les années 1980. La tendance fut à la diminution des écarts entre les salaires et à l'atténuation de la différence professionnelle entre travail manuel et intellectuel. Même les syndicats s'adaptèrent à cette évolution et, dès 1963, supprimèrent progressivement de leur appellation le terme d'ouvrier.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.10 - La formation

Après la suppression des corporations, il n'exista pendant longtemps aucune disposition obligatoire sur la formation professionnelle. Les métiers artisanaux connaissaient le système de l'apprentissage, dont les examens finaux n'étaient toutefois pas harmonisés à l'échelle nationale. L'industrie, à ses débuts, employa une bonne part de gens non formés. Puis les progrès de la mécanisation firent croître les besoins en personnel qualifié, surtout dans l'industrie des machines. Plusieurs maisons suivirent l'exemple des ateliers d'apprentissage créés par Sulzer à Winterthour en 1870. Les nouvelles associations professionnelles s'efforcèrent également d'améliorer la formation et de la soumettre à des normes. Elles réussirent vers 1900 à donner aux communes la responsabilité des écoles des métiers, institution qui s'était développée depuis l'adoption de la loi sur les subventions de 1884. Parallèlement, les cantons commencèrent à introduire l'école obligatoires. Ainsi s'imposa le "système dual" combinant la formation en entreprise et la fréquentation d'une école professionelle publique. La première réglementation fédérale date de 1930 seulement; la version modifiée de la loi sur la formation professionnelle (1978) régla également la formation élémentaire, sanctionnant ainsi la gradation depuis longtemps déjà établie dans les faits entre professionnel qualifié, personnel avec formation élémentaire et personnel non formé. Les nouvelles technologies et leurs exigences de qualification tendent à reléguer au second plan le "système de formation dual" et sa liste des métiers reconnus par l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (et jusqu'en 1998 par l'OFIAMT).

Auteur(e): Bernard Degen / LA

2.11 - La condition sociale des ouvriers et sa perception au XXe siècle

Au début du XXe s., les premières catégories de privilégiés, comme les typographes, purent accéder à un niveau dépassant la simple survie économique. La réduction de la durée du travail, notamment par l'introduction de la semaine de 48 heures au lendemain de la Première Guerre mondiale, laissa plus de temps pour la vie privée, tandis que l'augmentation des revenus donnait plus de marge aux ménages. A la fin du XIXe s., une famille devait encore consacrer quatre cinquièmes de son revenu à une nourriture, un logement et un habillement des plus modestes; la proportion passa à moins des deux tiers durant la Deuxième Guerre mondiale et en dessous de la moitié en 1970, malgré l'élévation des exigences. L'augmentation des salaires permit à un nombre croissant de familles de réaliser l'idéal bourgeois de la femme au foyer, non obligée de travailler. Après 1945, la situation de plein emploi fit oublier momentanément aux couches les plus défavorisées leur expérience séculaire de la précarité. Les biens de consommation durables commencèrent à équiper les ménages (radio, réfrigérateur, aspirateur, téléphone, machine à coudre électrique, télévision, automobile, etc.), encore que leur apparition n'ait pas été précoce: en 1960 en effet, les concessions de télévision étaient quasiment inexistantes et la plupart des familles ouvrières ne possédaient pas d'automobile.

<b>Ouvriers</b><br>"Non à la prolongation du temps de travail", affiche de  Dora Hauth   pour la votation sur la révision de la loi sur les fabriques de 1924 qui visait à prolonger la durée du travail de 48 à 54 heures (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).<BR/>
"Non à la prolongation du temps de travail", affiche de Dora Hauth pour la votation sur la révision de la loi sur les fabriques de 1924 qui visait à prolonger la durée du travail de 48 à 54 heures (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
(...)

Les progrès de la sécurité sociale invalidèrent peu à peu l'image traditionnelle du prolétariat. L'introduction de l'assurance obligatoire contre les accidents en 1918, la très large adhésion aux caisses maladie, la création de l'assurance vieillesse et survivants (AVS) en 1948 et l'assurance obligatoire contre le chômage adoptée en 1976 apportèrent des protections efficaces contre les quatre principaux risques susceptibles de mener à la pauvreté, soit l'accident, la maladie, la vieillesse et le chômage. Les conditions de travail s'améliorèrent après la Deuxième Guerre mondiale, le délai de licenciement étant par exemple plus long.

Cette évolution a amoindri la conscience de classe. L'appel à un changement social et à une perspective collective a perdu de sa fascination. La vision sociale et la maîtrise de son existence par l'individu se sont dissociées l'une de l'autre. Il ne reste que la résignation ou l'espoir d'un progrès au sein du système existant.

Auteur(e): Bernard Degen / LA

Références bibliographiques

Bibliographie
  • Moyen Age et époque moderne

    – U. Dirlmeier, Untersuchungen zu Einkommensverhältnissen und Lebenskosten in oberdeutschen Städten des Spätmittelalters, 1978
    – K. Schulz, Handwerksgesellen und Lohnarbeiter, 1985
    – Th. Meier, Handwerk, Hauswerk, Heimarbeit, 1986
    – L. Mottu-Weber, Economie et refuge à Genève au siècle de la Réforme, 1987
    – H. Wunder, «Überlegungen zum Wandel der Geschlechterbeziehungen im 15. und 16. Jahrhundert aus sozialgeschichtlicher Sicht», in Wandel der Geschlechterbeziehungen zu Beginn der Neuzeit, éd. H. Wunder, Ch. Vanja, 1991, 12-26
    – U. Pfister, Die Zürcher Fabriques, 1992
    Handwerksgeschichte, 1993
    – Ch. Simon, «Labour Relations at Manufactures in the Eighteenth Century», in International Review of Social History, 39, suppl., 1994, 115-144
  • XIXe - XXe siècles

    – R. Braun, Sozialer und kultureller Wandel in einem ländlichen Industriegebiet (Zürcher Oberland) unter Einwirkung des Maschinen- und Fabrikwesens im 19. und 20. Jahrhundert, 1965 (21999)
    Le mouvement ouvrier suisse, 1975 (21978)
    – R. Vetterli, Industriearbeit, Arbeiterbewusstsein und gewerkschaftliche Organisation, 1978
    – Gruner, Arbeiter
    Arbeitsalltag und Betriebsleben, 1981
    – H. Frey, E. Glättli, Schaufeln, sprengen, karren, 1987
    – Gruner, Arbeiterschaft
    – Y. Pesenti, Beruf: Arbeiterin, 1988
    – L. Bordoni, La donna operaia all'inizio del Novecento, 1993
    – B. Studer, F. Vallotton, dir., Hist. sociale et mouvement ouvrier, 1997
    La valeur du travail, éd. V. Boillat et al., 2006