No 6

Tronchin, Jean Robert

naissance 3.10.1710 à Genève, décès 11.3.1793 à Rolle, prot. de Genève. Fils de Jean, procureur général et membre du Petit Conseil, et d'Anne Molènes. Petit-fils de Louis ( -> 7). Cousin de Jean Robert ( -> 5) et de François ( -> 3). ∞ 1742 Elisabeth Boissier, fille de Gaspard, banquier. T. soutint à l'académie de Genève une thèse en philosophie (1728), puis un doctorat en droit (1731) avec son maître Jean-Jacques Burlamaqui. Avocat dès 1732, il publia quatre factums en causes civiles. De 1739 à 1740, il seconda Pierre Mussard lors des négociations diplomatiques pour le traité de Turin (1754). Entré au Conseil des Deux-Cents (1746), puis à celui des Soixante, il fut élu procureur général (1760-1768). Homme des Lumières, T. suivit la modération pénale que prône son Discours sur la justice prononcé au Magnifique Conseil du Deux-Cent de la République de Genève (1761), inspiré du libéralisme de Montesquieu; dans ses réquisitoires, il limita l'arbitraire du Petit Conseil en motivant une pénalité corrective et non capitale. En 1762, il fit condamner le Contrat social et l'Emile de Rousseau. Contre les Représentants attachés à la "supplique" législative, il théorisa le "droit négatif" du Petit Conseil dans ses Lettres écrites de la campagne (1763). Rousseau les réfuta avec les Lettres écrites de la montagne (1764) que T. contesta dans un écrit en 1765. Retiré de la magistrature dès 1768, T. s'exila sur son domaine de la Petite Boissière. Dans les années 1780, il chercha à apaiser les factions politiques pour le bien de la République. Favorable à l'égalité entre les citoyens, il gagna pourtant Rolle en 1792 lors de la Révolution genevoise; son fils s'étant suicidé en 1773, il y mourut sans descendance.


Fonds d'archives
– Fonds Tronchin, BGE
Bibliographie
– J. Droin, Cat. des factums judiciaires genevois sous l'Ancien Régime, 1988, nos 568, 663, 665, 992
– M. Porret, Le crime et ses circonstances, 1995

Auteur(e): Michel Porret