Erlinsbach (AG)

Comm. AG, district d'Aarau, à la frontière avec le canton de Soleure, sur l'Erzbach, entre l'Aar et le Jura, sur la route de la Salhöhe, col d'importance régionale. La seigneurie médiévale (Twing) d'E. comprenait aussi Obererlinsbach et Niedererlinsbach, aujourd'hui sur territoire soleurois, et Edliswil, abandonné à la fin du XIVe s. et dont on ignore l'emplacement exact. Le hameau de Hard apparut au XVe ou XVIe s. 1173 Arnlesbah, 1220 Erndespah, au XIVe s. Erlispach. 433 hab. en 1764; 523 en 1803, 930 en 1850, 1161 en 1900, 1679 en 1950, 2690 en 1970, 3286 en 2000.

Au Moyen Age, l'Erzbach servait de frontière entre le Frickgau et le Buchsgau. Le domaine (Meierhof) avec basse justice appartint dès 1070 environ à l'abbaye d'Einsiedeln, qui vendit ses biens et droits en 1349 au couvent de Königsfelden. Les hommes libres d'E. mentionnés en 1173 étaient établis à Obererlinsbach. Les barons de Wartenfels y possédaient un domaine, qu'ils vendirent en 1337 à Königsfelden. Les chevaliers de Kienberg, qui tenaient la haute justice en fief des Habsbourg, réunirent E. et Küttigen dans la seigneurie de Königstein; en 1351, ils cédèrent leurs biens et droits à Königsfelden. La haute justice revint en 1417 à la ville d'Aarau, puis en 1454 à la commanderie des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem de Biberstein. En 1527, la seigneurie de Biberstein, à laquelle appartenaient E. et Küttigen, passa de fait à Berne qui, après avoir forcé les chevaliers de Saint-Jean à vendre leur territoire en 1535, en fit un petit bailliage. Après l'adoption de la Réforme par Berne en 1528, l'Erzbach devint une frontière confessionnelle et politique. L'accord de Wynigen régla en 1665 la séparation définitive entre Berne et Soleure. La partie bernoise d'Obererlinsbach et Niedererlinsbach devint la juridiction d'E., rattachée jusqu'en 1798 au bailliage de Biberstein. Depuis 1798, la commune fait partie du district d'Aarau et du canton d'Argovie.

L'église d'E. (1565) fut le premier temple sans chœur du territoire argovien. Les villageois vivaient notamment de l'exploitation des mines et de la viticulture. Sur la route de la Salhöhe se trouvait une chapelle Saint-Laurent, mentionnée au XVe s., et un bain, qui fut transformé en asile de vieillards en 1908. Des foires annuelles se tinrent à E. de 1831 à 1875. La colonie de vacances de la ville d'Aarau (Beguttenalp) s'ouvrit vers 1900 et le sanatorium de Barmelweid en 1912. Les habitants travaillent dans les arts et métiers, à la place de tir de Gehren, mais surtout dans la ville voisine d'Aarau, dont E. est devenu une banlieue résidentielle. Dès les années 1980, E., Obererlinsbach et Niedererlinsbach coopèrent au-delà des frontières cantonales.


Bibliographie
– G. Boner, Erlinsbach, ein Rückblick in die Vergangenheit, 1977
– A. Lüthi, «Wüstungsforschung im AG», in SchBeitr., 45, 1968, 268-290

Auteur(e): Alfred Lüthi / PM