30/04/2004 | communication | PDF | imprimer

Biberstein (commune)

Comm. AG, distr. d'Aarau, entre le Homberg et l'Aar. 1280 Biberstein. 307 hab. en 1764, 464 en 1803, 761 en 1850, 594 en 1888, 651 en 1900, 657 en 1910, 549 en 1930, 652 en 1950, 1101 en 2000.

Tombes à offrandes (épées) creusées dans le tuf à la Hueb, mobilier funéraire alaman (spathe, vers 600 apr. J.-C.) à Heidechile. D'origine inconnue, le château fort de B. donna naissance au village, qui lui appartenait au XIVe s. de même que le domaine de Rohr, sur l'autre rive de l'Aar (il existait un bac). Le village d'Aa sur l'Aar, à la limite entre B. et Küttigen, est attesté de 1179 à 1400. Un petit fond de cabane découvert au Homberg est lié à de grands défrichements du XIVe s. Fortifié en 1399, B. fut qualifié de ville entre 1319 et 1535, mais n'avait ni franchises, ni marché. Les Habsbourg, détenteurs des haute et basse justices, vendirent en 1335 le château et la "ville" de B. au commandeur Rudolf von Büttikon. Le château et la seigneurie de B. devinrent une commanderie des chevaliers de Saint-Jean, partiellement unie à celle de Leuggern (régime d'union personnelle) et comprenant aussi dès 1453 la seigneurie de Königstein. Les Bernois occupèrent la localité durant la guerre de Souabe (1499); en 1535, ils l'achetèrent officiellement aux chevaliers de Saint-Jean, avec le château dont ils firent le siège d'un bailliage, et la conservèrent jusqu'en 1798.

Au spirituel, B. formait avec Küttigen la paroisse de Kirchberg, l'église se trouvant entre les deux villages. Les chevaliers de Saint-Jean avaient une chapelle au château. A côté d'une maigre céréaliculture, le vignoble cité dès 1363 jouait un rôle important. Occupant 20 ha en 1857, il disparut presque entièrement vers 1900, victime des maladies et de la concurrence étrangère. La batellerie (transports de marchandises de B. à Altenburg dans la commune de Brugg) et la pêche occupaient une dizaine de personnes jusqu'au XXe s. Il y eut jusqu'au XIXe s. très peu d'artisans et de travailleurs à domicile, Aarau attirant ces activités. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, le bac céda la place à un pont militaire, puis à un ouvrage permanent. B. est relié à Aarau par car postal depuis 1942 et par le réseau régional de bus depuis 1976. Les emplois sont en nombre limité (159 en 1990) et 73% des 554 personnes actives sont des navetteurs. Quatorze sociétés animent la vie locale.


Bibliographie
– A. Lüthi, Bibersteiner Chronik, 1980

Auteur(e): Alfred Lüthi / PM