Schlans

Ancienne commune GR, cercle de Disentis, district de la Surselva, depuis 2012 partie de la commune de Trun. Village à flanc de coteau, sur la rive gauche du Rhin antérieur. 765 (selon une copie) Selaunum. 180 hab. en 1656, 112 en 1836, 169 en 1850, 174 en 1900, 192 en 1950, 92 en 2000. En 765, l'évêque Tello fit don à l'abbaye de Disentis d'un domaine (Meierhof) et de colons à S., qui, au Moyen Age, n'appartenait pas à la Cadi, mais aux seigneurs du lieu, appelés "de Slauns" en 1220. La tour de défense de S. et, plus haut, le château fort de Salons furent bâtis vers 1200. La seigneurie passa ensuite aux Grünenfels, aux Montalt, fut vendue en 1378 à Ulrich Brun de Rhäzüns. Puis elle fut incorporée à la seigneurie de Jörgenberg, parvint en 1459 aux comtes de Zollern et par achat, en 1472, à l'abbaye de Disentis, qui détint les droits de justice jusqu'en 1798 et 1803. Attribué en 1734 à la nouvelle juridiction de Rueun, S. devint en 1851 la septième commune du cercle de Disentis; il fit partie jusqu'en 2000 du district du Vorderrhein. Au spirituel, le village relevait primitivement de Breil/Brigels. L'église Saint-Georges, attestée en 998, fut incorporée à l'abbaye de Disentis en 1185. Desservie par un vicaire dès 1518, elle fut érigée en paroissiale en 1643. S. doit faire face à de lourds investissements (ouvrages contre les avalanches et les glissements de terrain). En 2010, on dénombrait quatre exploitations agricoles. En 2000, les quatre cinquièmes des habitants étaient de langue maternelle romanche.


Bibliographie
– G.A. Pfister, «Ord la historia e cultura de Schlans», in Annalas, 45, 1931, 45-86
MAH GR, 4, 1942, 382-390
– I. Müller, Geschichte der Abtei Disentis, 1971
– O.P. Clavadetscher, W. Meyer, Das Burgenbuch von Graubünden, 1984
– D. Giovanoli, «Die Maiensässe von Pradas», in Bündner Bauer, 11, 1991, 2-30

Auteur(e): Adolf Collenberg / LMD