17/09/2007 | communication | PDF | imprimer | 

Breil/Brigels

Comm. GR, cercle de Disentis, distr. de la Surselva, comprenant le village de B. sur une terrasse dominant la rive nord du Rhin antérieur, les hameaux de Dardin-Capeder (Dardin), en contrebas, et de Danis-Tavanasa (Danis, Tavanasa), au fond de la vallée. 765 in Bregelo; depuis 1943, rom. Breil, all. Brigels. 1086 hab. en 1850, 848 en 1888, 859 en 1900, 1033 en 1910, 1169 en 1950, 1272 en 1960, 1187 en 2000. La colonisation du territoire remonte à l'époque romaine et au début du Moyen Age. En 765, l'évêque de Coire Tello fit don au couvent de Disentis du grand domaine et de la maison de maître qu'il possédait à B., avec des terres et des serfs à Dardin, Danis, Schlans et Trun. Des vestiges du haut Moyen Age (fortification, église) se trouvent sur la colline de San Sievi. La tour de Marmarola à l'est de B. fut vraisemblablement une mayorie de l'abbaye; un incendie la détruisit en 1496, il n'en reste qu'une ruine. Des hommes libres "externes" de Laax vivaient à B.; ils formaient un groupe d'environ 200 personnes quand ils achetèrent en 1536 leur admission dans la haute juridiction de la Cadi (Disentis) et obtinrent en 1542 leur propre tribunal. B. formait avec Medel la troisième "cour". Des épidémies de peste firent 316 victimes en 1550, 180 en 1556 et 130 en 1631. En 1738, les habitants se libérèrent de la dîme. L'église Notre-Dame au village de B., paroissiale dont relevaient jusqu'au XVIIe s. Dardin, Danis et Schlans, remonte probablement au haut Moyen Age; elle est mentionnée en 1185 comme propriété du couvent de Disentis, auquel elle fut incorporée en 1491. Le territoire de la commune ne comptait pas moins de douze églises et chapelles. Par le Kistenpass, le village entretenait des relations étroites avec Glaris et il devint du XVIIe au XIXe s. un centre politique de la Cadi grâce à la famille Latour. La route B.-Waltensburg (1870) et la route cantonale Tavanasa-B. (1890) favorisèrent le tourisme d'été, de la jeunesse surtout, à partir de la seconde moitié du XIXe s. B. abrite depuis 1945 une place de tir des troupes de DCA. Depuis 1946 on y produit de l'électricité (centrales et bassins de compensation à B. et à Tavanasa). La construction des remontées mécaniques du Pez d'Artgas en 1972 marque le début du développement de B. comme station de sports d'hiver. Le secteur primaire fournissait 15% des emplois, le secondaire 35% et le tertiaire 50% (1990). En 1990, 83% de la population parlaient romanche. La réserve naturelle de Scatlè au nord-ouest du village existe depuis 1911.


Bibliographie
MAH GR, 4, 1942, 342-482
Terra Grischuna, 1962, no 5, 352-356
– I. Müller, Geschichte der Abtei Disentis von den Anfängen bis zur Gegenwart, 1971
Gem. GR

Auteur(e): Adolf Collenberg / WW