16/05/2012 | communication | PDF | imprimer | 
No 1

Rod, Edouard

naissance 29.3.1857 à Nyon,décès 29.1.1910 à Grasse, prot., de Ropraz. Fils de Jean-Louis, instituteur, puis papetier, et de Zélie-Elise Piguet. ∞ 1882 Valentine Gonin. Etudes de lettres à l'académie de Lausanne, séjour d'étude en Allemagne. Etabli à Paris en 1879, R. prend place parmi les disciples de Zola. Il devient journaliste et écrit ses premiers romans, dont La femme d'Henri Vanneau (1884). Grâce surtout à ses essais sur des œuvres de langue allemande et italienne, il est appelé à la chaire de littérature comparée de l'université de Genève (1885-1893). Il publie d'autres romans, comme La course à la mort (1885) ou La vie privée de Michel Teissier (1893) et essais (Les idées morales du temps présent, 1891). Revenu à Paris, il poursuit une carrière féconde. Il fonde sa propre école («l'intuitivisme»), puis donne des récits abordant des questions sociales et des romans régionalistes qui rencontrent un grand succès, signant entre autres L'eau courante (1902) et L'incendie (1906). Accueillant nombre d'artistes suisses, dont Ramuz, Edmond Gilliard et René Auberjonois, il joue pour eux un rôle de parrain reconnu. Un prix littéraire portant son nom a été créé en 1996.


Fonds d'archives
– Fonds, BCUL, BGE et BPUN
Bibliographie
– Francillon, Littérature, 2, 111-112, 197-201
– G. Longo, éd., Carteggio Verga-Rod, 2004

Auteur(e): Daniel Maggetti