05/10/2004 | communication | PDF | imprimer

Birmensdorf (ZH, commune)

Comm. ZH, distr. de Dietikon, dans la vallée de la Reppisch, comprenant le hameau de Landikon et de nombreuses fermes isolées. Les anciens hameaux de Wullikon, Schüren, Güpf, Uf Dorf et Risi ont fini par fusionner avec le village. 876 piripoumesdorf. Environ 460 hab. en 1634, 848 en 1749, 1082 en 1836, 1096 en 1850, 1101 en 1900, 1480 en 1950, 5451 en 2000.

Habitats du Mésolithique, du Néolithique et du Bronze, notamment aux Fildern. Vestiges romains à B. (statuette d'ambre), Landikon, Fildern et Ristet. Le village médiéval avec mayorie (Meierhof), taverne, forge, moulin et église dédiée à saint Martin s'est développé à partir du haut Moyen Age, à l'endroit où la route de Zurich à Bremgarten (AG) franchissait la Reppisch et le Wüeribach (pieux datés de 610 environ). En 876, le noble Adalpern fit don d'une partie de ses biens fonciers au Fraumünster de Zurich. D'autres établissements religieux zurichois, les couvents de Saint-Blaise dans la Forêt-Noire, de Muri et d'Engelberg, ainsi que des bourgeois de Zurich eurent par la suite des propriétés à B. La cour seigneuriale (Fronhof) passa, au XIe s. probablement, des barons de Sellenbüren au couvent de Saint-Blaise, qui l'agrandit et en fit une basse juridiction, comprenant B., Oberurdorf, des biens dotaux à Stallikon, ainsi que des fermes dans la plaine de la Limmat et dans le Knonaueramt (premier coutumier dans les années 1330; premier terrier en 1359). Après la Réforme, la seigneurie foncière resta au couvent jusqu'à sa suppression en 1808, passa au grand-duc de Bade, puis, en 1812, à la ville de Zurich par l'intermédiaire de la société commerciale appartenant aux juifs Moses et Hänlein Guggenheim. Parallèlement à la création de la commune politique en 1834, les biens de la communauté villageoise furent transmis à la corporation forestière. B. fit successivement partie des districts de Mettmenstetten (1798), Horgen (1803), Zurich (1815) et Dietikon (1989).

De l'église Saint-Martin, incorporée au couvent de Saint-Blaise en 1325, dépendaient à l'origine celle de Saint-Georges dans la vallée de la Reppisch ainsi que les chapelles d'Aesch bei B. et d'Islisberg. La nef et le chœur furent reconstruits en 1659. La paroisse comprend aujourd'hui encore B. et Aesch. B. fut aux XVIe et XVIIe s. un foyer d'anabaptistes. Au début du XVIIe s., les villageois ouvrirent une école gratuite où étaient également admis les enfants d'Aesch. A l'origine, le trafic à travers B. empruntait essentiellement la route Zurich-Bremgarten. Ce n'est qu'en 1829 que la nouvelle liaison Zurich-Landikon-Knonaueramt vint s'y ajouter, remplacée en 1856 par une route Zurich-B.-Knonaueramt et complétée en 1864 par la ligne de chemin de fer Zurich-Zoug, dite Ämtlerbahn. Très répandus à B. aux XVIIIe et XIXe s., le filage et le tissage du coton à domicile disparurent avec la construction de la filature et retorderie mécanique de coton de Landikon en 1862 et de la retorderie de coton et soie d'Uf Dorf en 1868. L'Anglais C. H. Stearn fonda en 1889 à B. la première fabrique suisse de lampes à incandescence, la Zurich Incandescent Lamp Co. A la révolution industrielle, B. devint une banlieue de Zurich. Une amélioration et un remaniement fonciers eurent lieu entre 1940 et 1946. La place d'armes de Zurich fut transférée à B. en 1987.


Bibliographie
Birmensdorfer Beiträge zur Heimatkunde, 1970-
Urkunden und Materialien zur Geschichte von Birmensdorf, 1987-

Auteur(e): Reinhard Möhrle / WW